Source inépuisable sur le développement durable

Green et vert

Récupérer l’eau de la brume pour lutter contre la sécheresse ?

Indonésie / / Asie

C’est l’idée mise en pratique par quatre étudiants d’une des plus prestigieuses universités indonésiennes. L’objectif : résoudre les pires sécheresses dans certaines campagnes, qui privent les habitants de la plus élémentaire des conditions sanitaires.

© Peripitus

Les étudiants de l’université Gadjah Mada ont rédigé une proposition de recherche adressée au ministère de l’éducation et de la culture, qui leur a accordé une aide financière de 9 millions de roupies, soit un peu plus de 700 euros. Petits moyens pour une grande avancée ?

C’est ce que pense Aditya Riski Taufani, le leader de ce projet. Il a pensé à cette solution lors d’une visite dans un village du plateau d’Ungaran. « La sécheresse y revient chaque année, les habitants creusent des puits de plus en plus profonds atteignant 200 mètres, sans résultat. Avec notre solution, on pourrait résoudre les problèmes les plus basiques posés par le manque d’eau douce ». L’équipe de recherche soutenue par l’université a conduit des tests au centre de Java. « La technique est relativement simple » assure Taufani. Un grand ‘filet’ en polypropylène soutenu par deux poteaux capte l’eau contenue dans la brume et la condense. Un simple collecteur peut ainsi récupérer 1,5 à 3 litres d’eau potable par jour dans ces ‘villages de la sécheresse’.

« Si notre prototype est produit en masse et que le gouvernement investit de manière responsable, cette invention pourrait résoudre le problème de la sécheresse dans de nombreuses contrées indonésiennes » assurent les étudiants. Une perspective intéressante, qui sera, espérons-le, suivie de résultats.

Réagissez à cet article !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Derniers commentaires

  1. Partant du principe que toute modification climatique, même minime, a des conséquences environnementales, il est possible que l’eau récupérée dans la brume risque de manquer quelque part à certaine espèces végétales et animales, aggravant ainsi la sécheresse.
    Il serait plus judicieux de maîtriser notre comportement et notre consommation en commençant par stabiliser notre propre démographie comme le préconise l’association Démographie Responsable . http://www.demographie-responsable.org

  2. Georges SENOT

    Bravo pour cette initiative. Des essais de même nature ont déjà eu lieu au Pérou, au Chili, en Bolivie. Mais comme cela n’avait pas été fait avec les gens du pays, les installations n’ont pas été entretenu et elles sont aujourd’hui détruites.
    Il existe également une éolienne qui fabrique de l’eau même dans les endroits les plus désertiques.