Source inépuisable sur le développement durable

Green et vert

Des ouvrages d’art en papier recyclé ?

Chine / / Asie

La consommation de béton armé et d’autres matériaux de construction explose avec l’industrialisation chinoise. Des étudiants proposent une solution originale à ce problème : les ponts en papier… recyclé. Ils en ont présenté un qui soutient 250 kilogrammes avec ses 30 feuilles A4.

 

Wang You, Zheng Zhida et Guo Pan sont trois étudiants en sciences physiques à l’université normale du Hebei. Ils ont présenté sur une vidéo la construction d’un ‘pont’ fabriqué avec une trentaine de feuilles A4. Une fois le montage terminé, les 3 étudiants, qui ne sont certes pas obèses, sont montés sur leur création, qui ne s’est pas effondrée.

« Pour nous, c’est une manière de mettre en application nos cours théoriques d’une manière ludique, tout en donnant un message de protection de l’environnement » explique Guo Pan.  En effet, la croissance de l’économie chinoise depuis trois décennies n’est pas sans contrepartie. L’ingénierie civile qui accompagne le développement des autoroutes, chemins de fer à grande vitesse et autres ouvrages de transport consomme les ressources sans que personne ne s’inquiète vraiment des conséquences que cela pourrait avoir.

Alors certes, avant que les grands autoponts chinois soient faits de papier usé, il en coulera de l’eau sous des ponts, plus traditionnels… mais qui pourraient au moins utiliser plus de matériaux recyclés, au lieu d’épuiser un peu plus les réserves mondiales de fer, de sable et d’autres matériaux de construction, qui risquent de disparaître un jour au rythme où vont les choses !

Réagissez à cet article !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Derniers commentaires

  1. Une mise en pratique intelligente de leur connaissances théoriques, qu’ils ont su allier à l’écologie. Un projet que l’on ne peut que saluer !

    Bravo à ces étudiants !