Source inépuisable sur le développement durable

Green et vert

Quand le nucléaire menace plus que la santé et l’environnement

Corée du Sud / / Asie

La fermeture de 10 des 23 réacteurs sud coréens pour des raisons de sécurité inquiète non seulement sur la sûreté du nucléaire civil, mais aussi sur des rationnements énergétiques qui vont devenir inévitables. Quand le nucléaire menace l’économie, songe-t-on enfin à s’en passer ?

© Willtron

Une affaire de corruption à l’horizon

Les réacteurs Shingori 2 et Sinwolseong 1 ont été arrêtés fin mai. Des contrôles ont fait apparaître que des câbles de sûreté n’étaient pas conformes aux règlements stipulés par l’autorité nucléaire locale. Pire, le problème relève fort probablement d’une affaire probable de corruption : alors que les câbles, qui doivent pouvoir résister à des températures extrêmes, n’ont pas passé les tests requis, ils ont cependant été utilisés grâce à la falsification des documents nécessaires pour la mise en service. Pour remplacer ces 5 kilomètres de câbles dans chacune des centrales concernées, il faudra 5 à 6 mois.

L’affaire inquiète naturellement l’opinion publique coréenne, qui a été particulièrement effrayée par la catastrophe de Fukushima. Mais elle rend aussi nerveux les marchés financiers et les décideurs économiques. En effet, la fermeture de près de la moitié du parc nucléaire national combiné à un été qui s’annonce – contrairement à celui de l’Europe – torride et allongé, fait craindre des rationnements d’électricité. De quoi faire dérailler une économie qui se relève doucement après une période difficile.

Une crise énergétique inévitable

Malheureusement, la crise énergétique semble inévitable. Alors que la capacité restante maximale après ces fermetures ne dépasse pas 76,7 GW, la demande de pic attendue au mois d’août est estimée à 78,7GW, relate l’agence de presse nationale.

A long terme, ces déboires pourraient bien sonner le glas du tout nucléaire dans la péninsule. L’atome n’a déjà pas la cote dans un pays sous la menaces des folies guerrières de Kim Jong-un, qui s’enorgueillit des essais nucléaires réussis par l’armée nord-coréenne. Si cette source d’énergie, estimée plus stable que les ENR, commence à devenir indisponible au moment où l’on en a le plus grand besoin, les élites pourraient se tourner vers les énergies propres. Les décideurs sont en effet notoirement sensibles aux questions qui les touchent le plus directement. Et l’économie reste et restera le nerf de la guerre, bien avant l’environnement et la santé publique.

Réagissez à cet article !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Derniers commentaires

  1. Olivier

    Excellent décryptage de cet article sur ce site .

  2. Navale Gola

    Extrait d’un article du 10/06/2013 :  » Alors que le débat sur la politique énergétique bat son plein au parlement britannique, l’ancien ministre a déclaré que le HS2, ce « TGV » qui traverserait le pays du nord au sud, ne permettrait pas de baisser les émissions de CO2 si le Royaume-Uni n’arrêtait pas d’utiliser des carburants fossiles pour générer de l’électricité. » Effectivement, site pro-électricité !