Source inépuisable sur le développement durable

Green et vert

Un projet de loi sur l’énergie met en péril le TGV britannique

Royaume-Uni / / Europe

Tim Yeo, député anglais du parti conservateur, pense que le projet de train à grande vitesse en Grande-Bretagne pourrait tomber à l’eau si le gouvernement ne se décidait pas à générer de l’électricité “propre”.

© Tangopaso

Une stratégie énergétique pour le HS2 à revoir

Alors que le débat sur la politique énergétique bat son plein au parlement britannique, l’ancien ministre a déclaré que le HS2, ce “TGV” qui traverserait le pays du nord au sud, ne permettrait pas de baisser les émissions de CO2 si le Royaume-Uni n’arrêtait pas d’utiliser des carburants fossiles pour générer de l’électricité.

Tim Yeo, aujourd’hui président de la commission sur l’énergie et le climat, a déclaré : “Cette stratégie ne fonctionnera que si l’électricité supplémentaire [pour le HS2] est générée à l’aide de technologies pauvres en carbone. Si le parlement ne parvient pas à remettre le système d’électricité sur les bons rails d’ici à 2030, nous pourrions finir avec sur les bras un système totalement dépendant du gaz. Alors les avantages espérés des voitures électriques et du HS2 seraient réduits à néant.”

Stephen Joseph, directeur de Campaign for Better Transport (Campagne pour un meilleur transport), est d’accord avec Mr Yeo: “Le HS2 peut réduire les émissions de CO2, mais cela dépend de l’électricité utilisée. Pour optimiser les avantages de l’investissement dans le train à grande vitesse, le ministère du Transport doit mettre en place un plan de contingence. Il doit donc favoriser le transport ferroviaire, et proposer des transports publics à la hauteur et abordables pour que les gens lâchent leur voiture.

Des aspects du projet de loi sur l’énergie remis en question

Le projet de loi du parlement sur l’énergie, dont le débat a débuté il y a près de trois ans, déterminera l’avenir à long terme de l’énergie britannique puisqu’il influencera les décisions d’investissements au cours des cinq prochaines années dans des infrastructures qui fonctionneront encore dans 30 ans.

Malheureusement, en raison de coupes budgétaires, le gouvernement a décidé de retirer un objectif du projet de loi : celui de générer de l’électricité propre d’ici à 2030 afin de respecter les objectifs écologiques du Royaume-Uni. Le député du parti conservateur a rédigé un amendement afin de restaurer cet objectif, mais s’est heurté à de nombreux conservateurs qui préfèrent favoriser les compagnies de gaz plutôt que d’investir dans les énergies renouvelables. Pourtant, une dépendance au gaz importé entraînerait une hausse des prix au niveau des consommateurs.

Des acteurs de la société civile mobilisés

Plus de 50 entreprises, investisseurs et syndicats, beaucoup ayant des intérêts dans les énergies renouvelables, ont exigé du gouvernement qu’il réintègre l’objectif d’énergie propre. L’UKSIF (UK Sustainable Investment and Finance Association) soutient aussi cet objectif. Simon Howard, son directeur général, a affirmé : “Beaucoup d’entreprises souhaitent que le Royaume-Uni devienne un leader mondial dans les solutions énergétiques pauvres en carbone rentables. Nous demandons aux députés de reconnaître ce désir et de voter en faveur de l’objectif de 2030.

Les investissements dans les énergies vertes ont atteint leur plus bas niveau depuis sept ans, selon Bloomberg New Energy Finance.

Réagissez à cet article !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Derniers commentaires

  1. Fichte

    Bien faire attention, car l’énergie “décarbonée”, c’est la porte ouverte au nucléaire.

    A prendre d’autant plus en considération que le nucléaire est une solution coûteuse qui engage pour une très longue durée.

    http://energeia.voila.net/electri2/nucleaire_grande_bretagne.htm

    Mais outre-Manche comme sur le continent, seul un bouquet d’énergies renouvelables associées à du stockage mérite d’être mis en oeuvre.

  2. Je crois qu’ils parlait d’hydraulique et nucléaire, vous savez les énergies décarbonées et rentables, pas les énergies nouvelles et leur schéma de Ponzi