Source inépuisable sur le développement durable

Green et vert

La panique a ses limites

Danemark / / Europe

Réagissez à cet article !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers commentaires

  1. julien patureau de mirand

    Le sacro-saint dogme libéral de la croissance économique illimitée a donc encore des adeptes zélés ! Je ne m’attendais pas à trouver ce type de discours caricatural sur un site consacré à l’environnement ! S’agit-il d’une manœuvre d’infiltration d’un lobby quelconque ? On a le choix au vu de l’article : industries agro-alimentaires, pétrochimiques, minières…Selon cet « expert », la planète est donc un gisement inépuisable que l’on peut continuer à surexploiter et piller sans risque pour le plus grand bonheur des grandes firmes industrielles, et donc de l’humanité ! Quelle magnifique vision du monde ! Quelle profonde pensée de progrès !…Navrant.

  2. Frederic

    En claire, tout est beau dans le meilleur des mondes !

    Je prends juste un argument, pour ne pas revenir sur tout ce qui est dit. Mais il est possible de revenir sur chaque argument de cet article de la même manière …

    Cet article revient par exemple sur l’illusion du tout agriculture biologique.
    Non seulement, le régime alimentaire globale des pays développés est chargé de viande sans correspondre à nos dépenses énergétiques quotidienne, et venant monopoliser pour cela une grande surface de terre cultivable.
    La quantité de terre dédiée à l’élevage actuel, dans le cas d’une alimentation équilibrée et saine, permettrait au contraire de libérer un grand nombre d’espaces cultivables dit comme manquant.
    La mauvaise foi de cet article et l’aveuglement de l’auteur est stupéfiant. La critique est tout autant facile. Car en effet, sur ce seul sujet de l’alimentation, il n’a pas été évoqué les bénéfices d’une alimentation biologique qui viendrait en plus d’offrir une alimentation adaptée à notre métabolisme, lutter contre le fléau de l’obésité, du dérèglement de l’écosystème en tuant les pollinisateurs, ou même éviter la disparitions d’espèces chassées par exemple juste pour leurs nageoires dorsales…

    Quand cet article vient remettre le problème de manque de terre pour une culture entièrement bio, une alimentation suffisante permettrait, au contraire de trouver l’espace manquant à ce type de solutions, tout en luttant contre le fléau de l’obésité, de plus en plus vrai dans tous les pays développés.

    Difficile de ne pas voir dans ces propos autre chose qu’une volonté à promouvoir certaines ambitions industrielles innovantes et destructrices tout en gagnant l’estime du grand public.
    Une bien belle propagande donc qui manque de mesures pour être prise comme honnête.