Source inépuisable sur le développement durable

Green et vert

Grève de la faim à Guantanamo

USA / / Amérique du nord

Plus de 104 détenus de Guantanamo participent à une grève de la faim collective pour protester contre leur maintien en détention. De nouveaux détenus se sont joints au mouvement pour implorer le président Barack Obama d’honorer sa promesse de fermer la prison controversée.

© Carmen Gibson

5 mois de grève

Le mouvement a débuté le 6 février dernier par quelques détenus qui protestaient contre la manière dont des copies du Coran avaient été examinées, jugée « blasphématoire ». Mais la plupart des protestataires dénoncent maintenant leur détention illimitée depuis 11 ans.

Le nombre de détenus grévistes dépasse la barre des 60 %, selon le bilan officiel de la prison. L’ampleur du mouvement et l’état de santé des grévistes deviennent de plus en plus inquiétants.

Alimentation forcée par Washington

L’administration américaine a justifié l’alimentation forcée des prisonniers de Guantanamo faisant la grève de la faim depuis des semaines et demandant au juge responsable du dossier de rejeter la poursuite intentée par quatre prisonniers de l’île pour renverser cette pratique.

Le fait d’alimenter les détenus à l’aide d’une sonde nasogastrique vise à empêcher leur mort. Selon un document déposé à la cour fédérale de Washington par les procureurs du département américain de la Justice, on peut lire qu’il s’agit d’une pratique « humaine ».

Les avocats qui représentent les quatre prisonniers prenant part à la grève de la faim ont argumenté que le fait de nourrir les hommes contre leur volonté constituait une violation de leurs droits humains et ne servait aucun intérêt légitime. Ils ont aussi affirmé que cela les privait de leur droit de respecter la tradition du jeûne précédant le ramadan, une importante fête religieuse musulmane.

Selon le document déposé à la cour, l’armée américaine s’engage à nourrir l’ensemble des détenus, incluant ceux qui pratiquent la grève de la faim, avant le lever du soleil et à la tombée du jour seulement, afin de répondre aux croyances religieuses des prisonniers.

Réagissez à cet article !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Derniers commentaires