Source inépuisable sur le développement durable

Green et vert

Les choix fiscaux en faveur de l’automobile ont fait reculer la mobilité urbaine

Brésil / / Amérique du sud

Cela fait longtemps que les gouvernements investissent trop peu dans les transports publics et aident excessivement la consommation de voitures particulières.

© Agência Brasil

Les différents motifs de la contestation brésilienne

L’augmentation du prix du ticket a été la goutte d’eau qui a fait déborder le vase, mais il y a bien d’autres motifs qui exaspèrent les Brésiliens. Des raisons économiques, comme la faible croissance et l’inflation, notamment des aliments, qui affaiblit leur pouvoir d’achat, et une insatisfaction politique générale. Les politiques avaient clairement sous-estimé les signes envoyés par la société.

Mais restons sur la question de la mobilité urbaine. Les gouvernements investissent trop peu dans les transports publics, depuis trop longtemps. Ce vieux  problème brésilien s’est aggravé ces dernières années, la faute à des incitations fiscales excessives en faveur de l’achat d’automobiles sans avoir créé en contrepartie une véritable infrastructure de circulation  pour les voitures et les bus.

Un de ces mécanismes d’incitation fiscale s’est révélé particulièrement nuisible pour le transport en général. En janvier 2008, la taxe sur l’essence a été baissée. La loi prévoyait que cet argent soit investi dans les infrastructures de transport et la réduction de la pollution atmosphérique provoquée par la consommation de carburants. Au total, 22 milliards de R$ (8 milliards d’euros) auraient dû être investis.

Il aurait été beaucoup plus rationnel du point de vue économique et social de faire payer plus à la voiture particulière, et d’utiliser l’argent de la taxe dans des infrastructures de transport.

Un choix politique insensé

Le gouvernement a fait ce choix insensé, pensant qu’il réussirait ainsi à maitriser l’inflation. En vain, l’inflation a continué. Les gens se sont mis à consommer plus d’essence, faisant augmenter le déficit de la balance commerciale, et pénalisant toute la chaine de production de l’éthanol. Bref, une politique publique totalement erronée.

Le Brésil a une opportunité unique, avec ce mouvement social : débattre en profondeur des choix faits par le gouvernement. C’est le moment de discuter des problèmes du pays, tel est le message de la rue.

Réagissez à cet article !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Derniers commentaires

  1. Effectivement, il serait préférable que le gouvernement brésilien se mette à table pour discuter de ces problèmes de mobilité. Cela permettrait d’avancer un peu mais bon, peut-être que le gouvernement à d’autres chats à fouetter pour le moment (JMJ, Coupe du Monde, etc.). C’est dommage.