Source inépuisable sur le développement durable

Green et vert

Transi-stop, ou la renaissance de l’auto-stop

France / / Europe

Lancée le 20 Juillet 2013 dans la vallée alsacienne du Munster, Transi-stop contribue à la mobilité durable et reçoit un accueil favorable de la population locale. Quelques informations sur cette initiative qui a remis au goût du jour une pratique aussi vieille que durable.

©Guaka

 

D’aucun connait le succès retentissant de la mobilité durable auprès des citoyens du monde entier. Celle-ci se décline sous diverses formes, toutes plus créatives les unes que les autres : co-voiturage, auto partage, vélos, voitures en libre-service, et j’en passe tant les exemples sont nombreux. Beaucoup de ces idées novatrices sont encore jeunes et promises à un avenir brillant.

Une idée vieille de 50 ans

Mais qui aurait cru qu’une pratique aussi ancienne puisse ressurgir et participer au développement de la mobilité durable d’une localité française ?

Vous l’avez peut-être deviné, cette pratique n’est autre que l’auto-stop ! A l’évocation de ce moyen de transport, certain(e)s se remémorent peut-être des souvenirs. On espère que ceux-ci sont tous positifs. D’autres, par contre, en ont peut-être des plus négatifs… Ils expliquent surement pourquoi cette façon de voyager basée sur la confiance en l’autre a perdu de sa popularité  au fil des années. Sécurité oblige…

Bien consciente de cela, l’association alsacienne et militante pour une mobilité durable « Vallée de Munster en Transition » a imaginé un moyen pour faire de l’auto-stop dans des conditions plus sûres.

Transi-stop, comment ça marche ?

Nommé Transi-stop, ce projet consiste à regrouper les automobilistes et piétons du canton au sein d’un réseau dédié à l’auto-stop.

En pratique, tout ce qu’il y a de plus simple. Les futur(e)s auto-stoppeur(se)s peuvent s’inscrire dans ce réseau chez les commerçants de la vallée qui leur remettent un kit explicitant les règles de base pour un voyage en auto-stop réussi. Ajouté à celui-ci, le commerçant leur remet un flyer sur lequel figure le logo (un pouce blanc sur fond orange) du réseau Transi-stop. Les voyageurs pourront alors se servir de ce logo comme de leur propre pouce. Même démarche pour les automobilistes qui ont la possibilité de récupérer un autocollant du réseau à coller sur leur pare-brise.

Les deux protagonistes étant identifiés comme membres du réseau de manière visible, la confiance ainsi que la sécurité s’en trouvent renforcées lors de leur rencontre.

Les échos positifs du projet Transi-stop

Ce dispositif lancé le 20 Juillet 2013 a déjà remporté un franc succès auprès de la population locale. Des échos positifs sont d’ailleurs en train de convaincre les vallées voisines d’adopter le même système.

Comme quoi, le recyclage des bonnes idées peut se révéler parfois bénéfique. Ceci, pour le plus grand bonheur de notre petite planète bleue.

Bon éco-voyage !

Mathieu Viviani

Réagissez à cet article !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Derniers commentaires

  1. Creative commons n’est pas « libre de droits ». Prière de sourcer votre image ! Ces jeunes filles sont en Nouvelle-Zélande… N’ont aucun lien avec Transi-Stop et la licence de l’image est de type CC-BY-SA, prise par guaka sur Hitchwiki.org
    C’est décevant, ça manque de sérieux !
    http://hitchwiki.org/en/File:Elsa_amylin_kiwi_experience.jpg