Source inépuisable sur le développement durable

Green et vert

A Harvard, ils inventent l’électricité du futur

USA / / Amérique du nord

Une équipe de scientifiques de Harvard a reçu un financement pour développer un nouveau type de batterie qui peut stocker efficacement l’électricité sous forme de produits chimiques.

© Eliza Grinnell

Le décalage entre la disponibilité de vent intermittent ou le soleil et la variabilité de la demande est le plus grand obstacle à l’obtention d’une grande partie de notre électricité à partir de sources renouvelables. Un moyen rentable de stocker de grandes quantités d’énergie électrique pourraient résoudre ce problème.

C’est bien pour cette raison que, après des années de négligence, les scientifiques et les décideurs politiques se concentrent davantage sur le développement de technologies nécessaires pour rendre le soi-disant «réseau vert» possible, le réseau pour fournir de l’électricité solaire et éolienne aux consommateurs.

Une technologie signé Harvard

Parmi technologies qui peuvent être utilisées pour développer le «réseau vert», il y a notamment celles de batteries de haute technologie qui peuvent stocker efficacement l’électricité sous forme de produits chimiques et la libérer ensuite sur demande.

Dans ce domaine, une équipe de scientifiques et d’ingénieurs de Harvard a reçu un financement du ministère de l’Énergie des États-Unis Advanced Research Projects Agency-Energy (ARPA-E) pour développer un nouveau type de batterie.

Le projet – signalé dans un papier publié dans Nature le 9 Janvier – repose sur l’électrochimie de petites molécules naturellement abondantes, bon marché, organiques (à base de carbone) appelées quinones, qui sont semblables à des molécules qui stockent l’énergie dans les plantes et les animaux.

Les Quinones sont abondantes dans le pétrole brut ainsi que dans les plantes vertes. La molécule que l’équipe de Harvard a utilisé dans sa première batterie de flux basé quinones est presque identique à celle trouvée dans la rhubarbe.

Le chef d’équipe – Michael Aziz, professeur des matériaux et technologies de l’énergie à Harvard  – a déclaré que les prochaines étapes du projet seront  l’optimisation du système pour l’amener vers une échelle commerciale. « Jusqu’à présent, nous avons vu aucun signe de dégradation après plus de 100 cycles, mais les applications commerciales exigeons des milliers de cycles » a-t-il dit. Il s’attend également à réaliser des améliorations significatives dans la chimie sous-jacente du système de batterie. « Je pense que la chimie que nous avons maintenant pourrait être la meilleure qui existe, mais nous avons des idées qui pourraient mener à d’énormes améliorations. »

Réagissez à cet article !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Derniers commentaires

  1. Merci pour ces informations, c’est intéressant. Sinon, cet appareil est-il déjà disponible sur le marché?