Source inépuisable sur le développement durable

Green et vert

L’Europe, la crise économique et la planète : qu’est ce qu’en pensent les américains ?

/ Europe

Le New York Times analyse le Livre blanc Climat-Energie 2030 adopté le 22 janvier par la Commission européenne : l’Europe, face aux problèmes économiques, a choisi de sacrifier la planète.

© Dirk Ingo Franke

Pendant des années, l’Europe a tenté d’établir la norme mondiale pour la réglementation du changement climatique, la création de règles strictes sur les émissions, exigeant davantage l’utilisation de sources d’énergie renouvelables, et sans doute sacrifier une certaine croissance économique au nom de la sauvegarde de la planète.

Maintenant, l’Europe semble avoir touché ses limites environnementalistes.

Les coûts élevés de l’énergie, la compétitivité industrielle en déclin et une reconnaissance du fait que l’économie est peu probable à rebondir fortement dans les années à venir, conduisent les décideurs vers une régulation du climat moins agressive.

L’Union européenne avait proposé des objectifs nationaux contraignants pour la production d’énergie renouvelable après 2020. Au lieu de cela, elle a substitué (avec le Livre blanc Climat-Energie 2030 adopté le 22 janvier par la Commission européenne ) un objectif européen global qui est susceptible d’être beaucoup plus difficile à appliquer.

Il a également décidé de ne pas proposer de lois sur les dommages environnementaux et de sécurité lors de l’extraction du gaz de schiste via le fracking, un procédé de forage controversé.

L’Europe a poursuivi sur d’autres fronts, en visant une réduction de 40 pour cent des émissions de carbone en Europe d’ici 2030. Les fonctionnaires ont déclaré que les nouvelles propositions reflètent la réalité complexe d’amener les 28 pays de l’Union européenne derrière une politique unique.

Les Amis de la Terre, un groupe environnemental, décrit les propositions comme “totalement inadéquate” et “hors du radar de ce que la science nous dit de faire en Europe pour éviter la catastrophe climatique.

Problèmes économiques et problèmes environnementaux

Le débat européen sur l’énergie et le climat, reflète des compromis similaires déployés dans le monde entier sur le dilemme entre faire face aux problèmes économiques d’aujourd’hui ou résoudre les problèmes environnementaux de demain.

Les progrès réalisés sont en grande partie venus par les actions adoptées par les entreprises et les consommateurs principalement pour des raisons financières – le passage du charbon au gaz naturel moins cher pour la production d’électricité aux États-Unis, par exemple, et l’effet cumulatif d’années d’actions pour accroître l’efficacité énergétique de bâtiments, des véhicules, des appareils et des systèmes de fabrication.

José Manuel Barroso, le président de la Commission européenne, a a déclaré que les mesures ont montré que l’Europe jouait encore un rôle de chef de file mondial dans la réduction des émissions de carbone.

En réponse, les Amis de la Terre accusent la commission de mettre les intérêts immédiats de l’industrie avant le bien-être général de l’Europe.

Barroso et ses commissaires semblent penser qu’il doit y avoir un compromis entre l’action climatique et la reprise économique“, a déclaré dans un communiqué Brook Riley, responsable climat et énergie des Amis de la Terre. “Cette position ignore complètement l’énorme coût financier de faire face aux impacts du changement climatique et les € 500 000 000 000 que l’UE dépense chaque année pour ses importations de pétrole et de gaz.”

La position des grandes entreprises

Avant la réunion de la commission, les groupes d’affaires s’inquiétaient que l’approbation d’une politique énergétique européenne plus stricte pourrait mettre en danger la reprise économique encore très faible de l’Europe et ralentir la création d’emplois nécessaire pour faire baisser un taux de chômage global de près de 11 pour cent.

Dans une lettre envoyée à la Commission européenne, 14 dirigeants de grandes entreprises ont appelé à « un seul, objectif réaliste » en ajoutant que “ « le coût élevé des technologies non compétitives dans le secteur de l’énergie.. mettra à rude épreuve les entreprises déjà touchées en Europe par un plus haut prix de l’énergie, en particulier pour l’électricité, qui coûte deux fois plus qu’aux Etats-Unis. »’

Connie Hedegaard, commissaire européenne à l’action climatique, a reconnu pendant la réunion de la commission que l’Europe a besoin de faire baisser ses prix de l’énergie, mais a déclaré que le passage à des sources renouvelables a joué un rôle négligeable dans le problème. Elle a aussi observé que «nous essayons de faire quelque chose qui est réalisable, qui est faisable et pratique pour 28 gouvernements » .

Selon la commission, les émissions totales de gaz à effet de serre des 28 membres en 2011 sont tombée à 16,9 pour cent au-dessous du niveau de 1990, et à 18 pour cent de moins d’ici 2012. Cela suggère que les 40 pour cent de réduction ciblés d’ici à 2030 devraient être réalisables.

Mais les réductions de 2011 et 2012 reflètent en partie la baisse de la production industrielle en Europe après la crise financière, qui a plongé la quasi-totalité des pays du bloc en récession.

“« L’Union européenne a déclaré qu’elle voulait diriger à l’échelle mondiale, mais a rapidement découvert que d’autres pays ne sont pas prêts à s’engager dans une course vers le sommet», a déclaré Andrew Jordan, professeur au Centre Tyndall pour la recherche sur le changement climatique.

Réagissez à cet article !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Derniers commentaires