Source inépuisable sur le développement durable

Green et vert

Fukushima: sept écoles du primaire et du secondaire vont fermer le 1er Avril

Japon / / Asie

Fukushima: sept écoles du primaire et du secondaire vont fermer le 1er Avril. Ce seront les premières écoles du secteur public à fermer pour cause du désastre nucléaire de 2011. 38 écoles du primaire et du secondaire, réparties sur 10 communes, ont été déplacées hors de la zone d’évacuation après l’accident nucléaire.

 

La seule élève de l’école élémentaire (6° année) de Kaidomari à Iwaki et son professeur. L’école fermera lorsqu’elle aura son diplôme.
(cliché Satoru Ogawa – Asahi)

Les écoles ont perdu 80 pour cent des 7.681 élèves qu’ils avaient avant la catastrophe.

Jusqu’à présent les comunes les maintenaient ouvertes, craignant de perdre des enfants, l’avenir de leur communauté. Dans le district de Tabito de IWAKI, à 60 km au SW de la centrale détruite, il y avait 105 enfants dans les écoles primaires et secondaires en 2010.

Pour l’année fiscale 2014 (elle débute le 1er Avril), seulement 55 élèves sont attendus dans une école élémentaire et une école secondaire; ces deux établissements vont remplacer 3 écoles élémentaires et deux écoles secondaires.

Un officiel affirmait que beaucoup de familles qui s’étaient installées à IWAKI, venant de la zone métropolitaine de Tokyo, ont quitté la préfecture de Fukushima à cause des radiations. L’école élémentaire Mano de Minami-Soma, à 30 km au nord de la centrale sera fusionnée avec une école voisine après que le nombre de ses élèves soit passé de 75 à 43. L’école élémentaire de Onami à Fukushima ville, 60 km au NW de la centrale, sera fermée le 1 Avril 2014. En juin 2011 on détectait une dose de 16,3 millisieverts/an dans la cour de l’école, la dose la plus élevée des 1.729 établissements de la préfecture.

Après décontamination, la dose est passée au dessous de 1 millisievert/an. Mais le nombre d’élèves est tombé de 30 en 2011 à seulement UN en 2013.

L’école élémentaire Onami pourrait réouvrir à l’avenir, contrairement au 6 autres qui sont supprimées. Ailleurs aussi dans la préfecture de Fukushima, les écoles ont du mal à garder leurs élèves.

La ville de Futaba va réouvrir 3 écoles élémentaires et secondaires dans ses locaux temporaires à IWAKI en Avril prochain quoiqu’elle n’ait qu’un total de 7 élèves. Avant la catastrophe, il y avait 551 élèves.

La ville de Tomioka et le village de Katsurao ont réouvert 3 écoles élémentaires à Miharu depuis septembre 2011; mais aucun élève de première année n’est annoncé pour Avril.

Selon le service de l’éducation de la préfecture, en Mai dernier on comptait 12.648 élèves qui avaient du évacuer et étaient partis étudier ailleurs, hors ou dans la préfecture. En septembre 2011 ils étaient 13.286; ce qui fait peu de changement depuis 2011.

 

 

Informations complémentaires

Billet initialement publié sur ” Vivre après Fukushima – le blog” - http://www.vivre-apres-fukushima.fr/fukushima-la-vie-en-zone-contaminee-ne-semble-pas-emballer-les-familles/

 

Réagissez à cet article !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Derniers commentaires

  1. Blade Runner

    Au réplicant JP Januel

    C’est bien connu, les “réactions émotionnelles” sont fortement polluantes et provoquent des leucémies, cancers de la thyroïde et autres. Ils faut immédiatement décréter la fermeture définitive et l’arrêt des réacteurs émotionnels instables que sont les humains. Ah, on me dit que c’est déjà commencé depuis Hiroshima, et que l’on va bientôt faire d’énormes progrès dans ce domaine.

  2. Jean-Pierre Januel

    petit rectificatif : ces écoles ne ferment pas “pour cause du désastre nucléaire de 2011″, mais à cause de réactions émotionnelles des parents ; vu les niveaux de radiations mentionnés dans l’article, il n’y a aucune raison objective de s’alarmer.