Source inépuisable sur le développement durable

Green et vert

Green&vert du week-end. Le DD en chiffre : – 0,06% sur la croissance économique (GIEC)

/ Monde

Il ne coûte pas trop cher de sauver la planète.

Probablement la chiffre la plus important mis en avant par le troisième volet du 5ème rapport du GIEC sur les changements climatiques et leurs évolutions futures (Fifth Assessment Report  – AR5) est la suivant : – 0,06%.

Il s’agit de la prévision du GIEC sur l’impact économique des mesures d’adaptation et de l’atténuation du changement climatique sur la croissance économique. D’après la version actuelle du résumé à l’intention des décideurs du groupe de travail III du 5éme Rapport, le GIEC table sur une croissance économique en baisse de 0,06 % (sur une croissance anticipée de 1,6 % à 3 % par an d’ici 2100). Un nombre qui a le gout d’une erreur d’arrondi.

Pour autant, les travaux de modélisation réalisés depuis sept ans et compilés par le GIEC n’ont pas produit d’évaluations solides « des coûts et des bénéfices » de la lutte contre le changement climatique et les effets sur l’emploi sont eux aussi très mal cernés.

 

 

Source : GIEC (voir informations complémentaires)

 

Plus en détail. Limiter d’ici la fin du siècle la concentration des gaz à effet de serre dans l’atmosphère à 450 partie par million (ppm) – valeur associée par les scientifiques à un réchauffement de 2 °C – suppose des mesures d’atténuation suivantes  (en milliards de dollars par an d’ici 2029) :

  • Investir plus dans le domaine des énergies renouvelables et dans le nucléaire   (+ 147 en moyenne) ;
  • Investir beaucoup plus dans le domaine de l’efficacité énergétique (+ 336 en moyenne) ;
  • Réduire en moyenne de 116 milliards de dollars les investissements dans les énergies fossiles.

A noter que l’utilisation plus efficace de l’énergie à tous les stades de la chaîne énergétique, depuis la transformation et la distribution jusqu’à la consommation finale est l’élément le plus important dans le rapport du GIEC et que plus les gouvernements tardent à mettre en place ces mesures d’atténuation, plus la charge sera lourde pour nous et les générations futures.

 

Informations complémentaires

Figure SPM.9. Change in annual investment flows from the average baseline level over the next two decades (2010 to 2029) for mitigation scenarios that stabilize concentrations within the range of approximately 430–530 ppm CO2eq by 2100. Investment changes are based on a limited number of model studies and model comparisons. Total electricity generation (leftmost column) is the sum of renewables, nuclear, power plants with CCS and fossil power plants without CCS. The vertical bars indicate the range between minimum and maximum estimate; the horizontal bar indicates the median. Proximity to this median value does not imply higher likelihood because of the different degree of aggregation of model results, the low number of studies available and different assumptions in the different studies considered. The numbers in the bottom row show the total number of studies in the literature used for the assessment. This underscores that investment needs are still an evolving area of research that relatively few studies have examined. [Figure 16.3] [Subject to final quality check and copy edit]

Réagissez à cet article !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Derniers commentaires