Source inépuisable sur le développement durable

Green et vert

10,2 millions de logements vides en Chine

Chine / / Asie

Une étude du Crédit Lyonnais Securities Asia Ltd montre que la Chine compte environ 10,2 millions de logements vide, Le taux d’inoccupation résidentiel dans les villes chinoises est plus élevé que dans les grandes villes américaines.

[Photo/China Daily]

 

Savoir combien de logements sont vides est une devinette très difficile, parce que les autorités statistiques ne fournissent pas de chiffres. Mais c’est aussi un nombre crucial, car le nombre de logements vacants est directement lié à l’étendue de l’offre excédentaire et donc la taille d’une bulle, si elle existe, sur le marché immobilier.

Si cette estimation est exacte, cela signifie que le taux d’inoccupation en Chine était de 15% l’année dernière, soit 5 points de pourcentage de plus que le niveau moyen aux Etats-Unis. D’après le CLSA, les taux d’inoccupation varient entre les villes chinoises. Dans les villes de premier rang, comme Beijing et Shanghai, le taux était de 10%. Et celui dans les villes de deuxième et de troisième rang comptées comme groupe était de 16%. Ordos, en Mongolie intérieure -parfois qualifiée dans les médias de « ville fantôme »- possède le taux d’inoccupation le plus élevé, a 23%.

L’estimation du CLSA est parmi les plus conservatrices, avec d’autres estimations fixant un taux de vacance allant de 20 à 30%. Une étude menée par l’Université de Beijing en 2013 a indiqué qu’une famille chinoise moyenne possède 100 mètres carrés d’espace de vie, et 10% des propriétaires possèdent deux ou plusieurs résidences.

L’estimation du CLSA est basée sur une enquête indépendante commencée en mai dernier dans 12 villes couvrant 609 projets résidentiels et 800 000 appartements. L’équipe d’enquête a effectué des visites à domicile et est allée dans les communautés pour compter combien de lumières sont allumées la nuit. Cette enquête ne couvrait que les logements achevés de 2007 à 2011 parce que l’équipe d’enquête pensait que les bâtiments achevés en 2012 et par la suite pourrait gonfler les taux d’inoccupation, car de nombreux acheteurs ont emménagé dans leurs nouvelles maisons un ou deux ans après leur achat.

« Le résultat est en fait plus faible que ce que nous avions pensé, parce que notre expérience nous a indiqué que le rapport pourrait être d’environ 25%« , a confié Nicole Wong, responsable régional de la recherche en propriété du CLSA. Elle a ajouté que le taux d’inoccupation dans les villes de premier rang n’est pas si élevé, et que les taux plus élevés dans certaines villes de second rang ne sont pas un problème non plus.

Dans des villes comme Tianjin et Zhengzhou, les taux d’inoccupation étaient respectivement de 23 et 21%, mais qui pourraient être réduits du fait d’arrivées massives de population. Mais la situation dans les villes de troisième rang était beaucoup plus inquiétante, a découvert l’équipe. La frénésie de construction de ces dernières années a laissé des stocks importants, mais le flux de population pour combler ces unités n’est tout simplement pas là.

Réagissez à cet article !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Derniers commentaires