Source inépuisable sur le développement durable

Green et vert

La véritable histoire de « Rosie la riveteuse » (« We Can Do It! »)

USA / / Amérique du nord

Rosie the Riveter (« Rosie la riveteuse » en français) est une icône populaire de la culture américaine et son personnage et les mots  « We Can Do It! »  (« On peut le faire ! »)  sont devenus une icône féministe. Mais il s’agit en effet d’une illustration produite par Westinghouse pendant la Seconde guerre mondiale pour le comité de coordination de la production de guerre, faisait partie d’une campagne nationale aux États-Unis visant à enrôler des femmes dans la main-d’œuvre.

Lors de la Seconde Guerre mondiale, une campagne de presse fut lancée pour convaincre la population que les femmes pouvaient riveter, souder ou construire des bâtiments militaires au lieu de rester travailler chez elles ou dans les secteurs habituels tels que l’industrie textile. L’affiche la plus célèbre fut « We Can Do It! » (« On peut le faire ! »), créée pour Westinghouse en 1943 par J. Howard Miller, symbole de force et de féminité, elle s’inspire d’une photo de Geraldine Hoff Doyle à l’usine Westinghouse en 1941 prise par un photogaphe de l’agence United Press international (UPI). Cette afiche fut collé sur les murs de l’usine pendant 2 semaines seulement, du 15 au 28 février 1942. Recouverte par les autres affiches de Miller elle disparut totalement.

L’image est vite surnommée « Rosie the Riveter » en raison d’un chant patriotique de 1942 qui porte ce nom. La femme dont la photographie servit de modèle original pour cette affiche, Geraldine Doyle, 17 ans, qui travaillait sur une machine à emboutir des pièces métalliques dans une usine du Michigan. On appela « Rosies » celles qui allèrent travailler dans les usines. Mais, si 80 % des Rosies voulaient continuer à exercer ces métiers, elles furent encouragées, au retour des hommes, à laisser leur place aux soldats démobilisés ou furent orientées vers des travaux non spécialisés.

 

Geraldine Hoff Doyle

 

Il faudra attendre les combats féministes des années 80 pour qu’elle ressuscite et devienne une icône. C’est à ce moment-là que Geraldine Hoff Doyle apprit qu’elle avait servi de modèle pour une affiche peinte, à ce moment-là qu’on intitula cette image Rosie the Riveter. En souvenir de la chanson, de la couverture de Rockwell, du film de propagande avec Rosie Will Monroe, d’un film paru en 1944…

 

 

Rosie the Riveter est aujourd’hui imprimée sur des sacs, des tasses, des ticheurtes…

 

 

 

Réagissez à cet article !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Derniers commentaires