Source inépuisable sur le développement durable

Green et vert

Le Brésil a-il déjà gagné la coupe du monde (de la lutte à la déforestation) ? Infographie

Brésil / / Amérique du sud

Une étude publiée cette semaine dans la revue Science affirme que les politiques gouvernementales et la pression des écologistes des groupes comme Greenpeace ont aidé le Brésil à avoir succès dans la lutte contre la déforestation. L’étude montre la combinaison extraordinaire d’une forte augmentation de la production de soja et baisse soutenue de la destruction des forêts.

 

 

 

L’étude, co-écrit par une équipe internationale de chercheurs dirigée par Daniel Nepstad de l’Earth Innovation Institute, basée à San Francisco, commence par un aperçu détaillé des changements récents dans l’Amazonie brésilienne, y compris une baisse de 70% de la déforestation constatée sur de la dernière décennie. La lutte à la déforestation en Amazonie a effectivement épargné 86 000 kilomètres carrés de forêts tropicales, une superficie ou équivalent à 14,3 millions de terrains de football.

Mais les auteurs soulignent que les progrès sont fragiles, avec la plus grande menace imminente posée par expansion de la production de la viande bovine. La tendance à long terme de la déforestation dépendra, en partie, sur l’augmentation continue des rendements de l’élevage sur les terres défrichées existant. Les pâturages est la principale utilisation des terres défrichées, et la production de viande a le plus grand potentiel d’augmentation de rendement par rapport à des systèmes de culture.

Le gouvernement fédéral reconnaît maintenant que la réduction de la déforestation ne concerne pas uniquement le Ministère de l’environnement, ainsi qu’il a été estimé jusqu’à présent. Il a institué un comité comprenant des représentants de 14 ministères pour élaborer et exécuter un plan visant la réduction de la déforestation en Amazonie. La surveillance et le contrôle des défrichements illégaux ont été fortement intensifiés. Pour la surveillance de la déforestation, le Brésil dispose de systèmes de télédétection perfectionnés et transparents, qui donnent des estimations mensuelles et annuelles (DETER et PRODES, respectivement).

«Ces gains sont d’importance mondiale, mais fragile», a déclaré Nepstad. «Comme la demande mondiale de soja et bœuf continue à augmenter, nous aurons besoin d’une nouvelle approche pour garder et maintenir la lutte à la déforestation en Amazonie. ».

Réagissez à cet article !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Derniers commentaires