Source inépuisable sur le développement durable

Green et vert

2015, année la plus chaude jamais enregistrée par l’Homme

Il y a une maxime qui explique que les records sont faits pour être battus. À l’heure où le réchauffement climatique est un des enjeux majeurs auquel devra faire face l’Homme au cours des prochaines décennies, il en est cependant certains qui ne devraient pas l’être. C’est le cas de celui au cœur de l’étude rendue publique le 20 janvier par l’Agence américaine océanique et atmosphérique (NOAA) : selon les données recensées au cours des 12 derniers mois, 2015 a été l’année la plus chaude jamais enregistrée depuis le début des relevés de températures.


Sur les 12 mois que compte 2015, la température moyenne mesurée à la surface du globe s’est révélée supérieure de 0,90 °C à la moyenne du 20ème siècle. Il s’agit du niveau le plus élevé depuis 1880 et le début des mesures de températures par l’homme. 2015 aura donc battu de 0,16°C le record de 2014, qui était déjà l’année la plus chaude enregistrée depuis 1880.

Les données de la NOAA permettent également d’affirmer que le mois de décembre 2015 est le mois le plus chaud enregistré depuis 136 ans.

Si l’on prend 1880 comme année de référence en matière de réchauffement climatique, 1997 a été la première année à connaitre une augmentation record des températures moyennes. Depuis lors, 16 des 18 années qui ont suivi se sont révélées plus chaudes. C’est également la quatrième fois qu’un record de température globale est battu depuis le début de 21ème siècle.

“2015 marque une étape symbolique car c’est la première année durant laquelle la température moyenne du globe est montée de 1°C au-dessus du niveau de la fin du XIXe siècle”, explique Gavin Schmidt, directeur de l’Institut Goddard des études spatiales de la Nasa.

L’augmentation record des températures moyennes est en partie due au célèbre El Nino, un courant chaud équatorial qui apparait selon un cycle de 2 à 7 ans. Mais même sans ce phénomène, la situation aurait été similaire. “Nous n’aurions pas eu une année de chaleur globale record sans la tendance actuelle de réchauffement à long terme”, estime M. Schmid.

L’année 2015 s’est achevée sur ce que beaucoup considèrent comme une note positive : les dirigeants du monde entier, réunis lors de la COP21, se sont engagés à limiter le réchauffement climatique à hauteur de 2°C par rapport à l’ère pré-industrielle. Certains scientifiques estiment désormais cet objectif comme “arbitraire” et “irréaliste”.

“Je pense que pour les générations futures, 2015 sera vue comme une année importante mais pas décisive dans la lutte pour aligner les politiques avec la science”, a déclaré avec une pointe de pessimisme Piers Sellers, ancien astronaute et spécialiste du climat, dans un édito publié par le New York Times. Espérons que le futur lui donne tort.

Réagissez à cet article !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Derniers commentaires