Source inépuisable sur le développement durable

Green et vert

Transition énergétique : les premiers mégawatts ont été produits à Bouchain

Première centrale à Cycle Combiné Gaz nouvelle génération installée en France, la centrale de Bouchain a fourni ses premiers MW au réseau électrique, jeudi 21 janvier dernier. Avec cette nouvelle technologie, EDF améliorera de manière substantielle le rendement ainsi que l’empreinte carbone de la centrale, désormais beaucoup moins émettrice en CO2.


2015 avait vu la fermeture de l’ancienne centrale. 2016 est désormais témoin de son remplacement par un Cycle Combiné Gaz (CCG) nouvelle génération, bien plus efficiente et moins émettrice en CO2. Jeudi 21 janvier dernier, à 11h16, l’alternateur du cycle combiné gaz a été couplé au réseau électrique pour la première fois, et les 40 premiers mégawatts (MW) ont été envoyés sur le réseau.

Une mise en service prévue pour cet été

« On n’en vivra pas deux comme celle-là », avait alors déclaré Olivier Pohlenz en introduisant la cérémonie de vœux qui s’est tenue le lendemain à la centrale EDF. « À la fois parce qu’hier [le 21 janvier] ont été produits les premiers mégawatts et parce que sont réunies les personnes qui symbolisent l’ensemble du cycle de vie d’une centrale. » La cérémonie a effectivement rassemblé les membres clés de chaque étape du projet : outre Olivier Pohlenz, directeur du CCG, Bénédicte Dériot, chef de projet chargée de la construction, et Laurent Munier, directeur du centre de post-exploitation chargé de la déconstruction. Cette synchronisation de la centrale avec le réseau, a de plus été réalisée par les équipes de General Electric, qui pilotent l’opération de concert avec celles d’EDF. L’étape fait suite au premier allumage de la turbine, réalisé le 17 décembre dernier ; les essais d’ensemble des installations se poursuivront avec une batterie de tests, et la mise en service industrielle interviendra au cours de l’été prochain.

Développée par l’Américain GE, donc, la turbine du site est pourvue de la technologie FlexEfficiency50, qui lui permet d’atteindre la performance de 3 000 tours par minute, et ainsi d’obtenir un rendement de 61 % contre 58 % pour un CCG classique et 37 % pour une centrale charbon. Surnommée Harriet, cette turbine, fabriquée dans les usines de GE à Belfort, est la plus puissante du monde à ce jour. L’alternateur, lourd de 330 tonnes et fabriqué aux Etats-Unis, est quant à lui arrivé le 12 janvier à Bouchain, après avoir traversé l’Atlantique.

50 % de CO2 en moins

Avec une production allant jusqu’à 575 MW – de quoi fournir de l’électricité à environ 600 000 foyers –, cette nouvelle infrastructure offrira une réponse à l’intermittence des énergies renouvelables. De plus, les CCG permettent de réduire de 50 % les émissions de CO2, de diviser par trois les oxydes d’azote et de supprimer les rejets d’oxydes de soufre par rapport aux moyens de production thermique à flamme « classiques ». La combustion utilise du gaz naturel, qui est censé ne produire ni particules de poussières, ni odeurs.

Alors qu’EDF affiche pour objectif de doubler sa production d’électricité à base d’énergies renouvelables d’ici 2030, la centrale de Bouchain, bien moins émettrice de CO2 que l’ancien modèle, s’inscrit parfaitement dans le processus de transition énergétique, tel que l’entend l’énergéticien français. D’ailleurs, trois autres centrales CCG seront ainsi exploitées en France : une en Meurthe-et-Moselle et deux en Provence-Alpes-Côte d’Azur.

Réagissez à cet article !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Derniers commentaires