Source inépuisable sur le développement durable

Green et vert

Dérèglements climatiques : l’équilibre nutritionnel en danger ?

Selon une étude menée par une équipe de l’université d’Oxford, publiée jeudi 3 mars au sein de la revue médicale The Lancet, les conséquences du changement climatique sur la production alimentaire pourraient être la cause d’environ 529 000 décès à travers la planète, d’ici 2050. Cette étude est la première qui estime l’impact du changement climatique sur l’équilibre nutritionnel.

D’après le docteur Marco Springmann, responsable de l’équipe de chercheurs, cette étude prouve qu’une réduction même infime de la nourriture disponible par individu peut causer d’importantes modifications sur l’équilibre alimentaire, et avoir de lourdes conséquences sur la santé des populations.

Si des mesures ne sont pas prises rapidement vis-à-vis des gaz à effet de serre, le changement climatique entrainerait, en moyenne, une réduction de la disponibilité alimentaire de 3,2% par personne, soit 99 kilocalories par jour. Soit une baisse de 0,7% pour la consommation de la viande et une baisse de 4% pour les légumes et les fruits.

L’obésité en baisse

Le recul de la consommation de fruits et légumes, par conséquent de vitamines, engendrerait 534 000 morts d’ici 2050 à lui seul. Le nombre de personnes en insuffisance de masse corporelle augmentera également. Les carences en minéraux et vitamines seraient la cause de 266 000 décès supplémentaires d’ici 2050.

Cependant, en réduisant la consommation de viande, les chercheurs remarquent des effets positifs, comme la réduction des risques de cancers et maladies cardiovasculaires qui éviteraient 29 000 morts. L’obésité reculera également et sauverait 225 000 personnes.

Des effets variables selon les régions 

Les pays à faibles revenus et revenus moyens seront les plus touchés, plus particulièrement ceux d’Asie du Sud Est et du Pacifique occidental, plus sujets aux dérèglements climatiques. En 2050, la Chine et l’Inde enregistreraient près de trois quarts des décès liés aux dérèglements climatiques, ce qui représenterait 248 000 décès pour la Chine et 136 000 pour l’Inde. Cependant, le recul de l’obésité et le nombre de morts évités pourraient être supérieurs au nombre de morts dus à la sous-alimentation.

Des incertitudes demeurent

Le professeur Arnaud Basdevant de l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière, à Paris, commente cette étude en disant qu’il serait prématuré de tirer des conclusions pragmatiques en matière de santé publique. Les données chiffrées sur les risques comportent beaucoup d’incertitudes, comme le soulignent leurs auteurs. Mais elles ont l’avantage de permettre le débat et la réflexion sur l’impact des dérèglements climatiques sur la santé. Et d’envisager des solutions, une nouvelle manière de se nourrir.

Réagissez à cet article !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Derniers commentaires