Source inépuisable sur le développement durable

Green et vert

Hypérions, un quartier écologique qui fait rêver

/ Asie

Un éco-quartier pourrait voir le jour dans la nouvelle ville de Jaypee Greens Sports City, en Inde. Vincent Callebaut, architecte belge, prévoit la construction de six tours-arbres de 36 étages pour 2020. Elles mélangeront logements, bureaux et espaces de loisirs. Le quartier sera à énergie positive et auto-suffisant. 

Jaypee est la première ville nouvelle d’Inde dédiée au sport. Elle s’étale sur plus de 100 hectares et recevra le Grand Prix indien de Formule 1, également un stade de hockey et de cricket ainsi qu’une académie des sports. Selon Amlankusum, agro-écologiste du projet Hypérions, la volonté de ce projet est de la transformer en ville pionnière de l’agro-écologie urbaine. Hypérions, dont le nom est né du séquoïa le plus grand du monde, est un condensé d’innovation soucieux du bien être social, économique et environnemental.

Amlankusum explique qu’en voulant intégrer le meilleur de la High-Tech et de la Low-Tech, l’objectif est de réunir la renaturation urbaine grâce au développement agricole artisanal, mais aussi la protection de la biodiversité et de l’environnement pour démontrer qu’il est possible de créer des liens stratégiques entre le développement urbain, le changement climatique et l’alimentation durable.

Image de prévisualisation YouTube

Une agriculture urbaine invasive

L’agriculture urbaine sera invasive par le biais de l’agroforesterie et la permaculture. On verra foisonner la permaculture et l’aquaponie au travers des toits, des rues, des balcons, des parois et des jardins. On pourra y trouver des arbres fruitiers tropicaux, des plantes médicinales et aromatiques, des potagers familiaux ainsi que des élevages et des bassins à poissons.

Afin d’assurer la bonne santé des habitants, les engrais et pesticides chimiques seront interdits. L’irrigation se fera par l’eau des bassins d’élevage des différentes espèces de poissons et de mollusques, dont les déjections fourniront un engrais naturel.On pourrait récolter plus de 20 kg de légumes et de fruits bio au mètre carré chaque année.

Limiter l’empreinte écologique

Les tours possèdent une structure mixte composée de 75% de matériaux bio-sourcés et de 25% de matériaux inertes. La superstructure est faite de poteaux, panneaux et poutres en bois massif provenant d’une forêt gérée durablement dans la ville de Delhi, et ces structures seront renforcées par des lames en acier. À chaque mètre cube de bois utilisé, 1,1 tonne de CO2 sera évité par rapport à l’utilisation d’acier ou de béton, qui seront réservés uniquement aux fondations antisismiques, aux parkings et à la bases des noyaux verticaux.

L’énergie nécessaire sera produite par des écailles bleutées solaires photovoltaïques et thermiques sur les façades ainsi que par des lampadaires éoliens. L’énergie nécessaire sera complétée par du méthane provenant des déjections animales et des résidus de cultures. Bref, sur le papier, on est fans !

Réagissez à cet article !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Derniers commentaires