Source inépuisable sur le développement durable

Green et vert

Des ruches parisiennes pour la biodiversité

France / / Europe

La Ville de Paris a voté un plan d’action sur la période 2016-2020 afin de multiplier l’installation de ruches sur les toits des immeubles ainsi que dans les jardins et les parcs.

Comment faire de Paris une ville refuge pour les abeilles ? En développant les nouvelles implantations de ruchers d’ici 2020, en tout cas c’est l’objectif que la municipalité parisienne s’est fixée. Aujourd’hui, il y en aurait 700, dont 200 ne sont pas déclarées à la préfecture. Une centaine sont installées sur des bâtiments de la ville mais gérées par des associations ou des apiculteurs dans les limites de conventions d’occupation du domaine public.

Depuis peu de temps, on a même pu voir un nouveau métier faire son apparition, apiculteur urbain. Apiterra, qui gère 300 ruchers dans la capitale, récupère ainsi les contrats et envoie ses apiculteurs voir le personnel des entreprises ou des collectivités, ce qui demande de la réactivité, et de savoir animer et être pédagogue. Ronan de Kervénoaël, apiculteur chez Apiterra expliquait il y a deux ans que l’objectif premier n’est pas de faire du miel, même si le miel urbain est excellent. Le but est plutôt de sensibiliser à la biodiversité, sans être radical dans son discours.

Un miel parisien

Paris a bien conscience de cela. Pour multiplier le nombre de ruchers et la production de nectar, la ville a décidé de compter sur le savoir-faire des professionnels. Ces apiculteurs rappellent donc que les abeilles, en ville, préfèrent les friches et les terrains calmes, comme les anciennes voies ferrées. Ils visent un environnement favorable aux abeilles, grâce au choix des essences d’arbres et de fleurs lors des plantations, sans oublier les abris pour insectes. Afin de faire face au frelon asiatique, un réseau de « veilleurs » a été développé. Tout cela, pour créer une marque de miel parisienne et ouvrir une miellerie collective pour soutenir cette production locale.

 

Réagissez à cet article !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Derniers commentaires