Source inépuisable sur le développement durable

Green et vert

Un militant écologiste mexicain incarcéré pour ses opinions

/ Amérique du sud

Le 9 mai, l’ONG Amnesty international dénonce par le biais d’un communiqué de presse l’emprisonnement injuste d’un militant écologiste mexicain pour ses opinions.

 

L’ONG estime qu’Ildefonso Zamora Baldomero a été emprisonné en raison de son activisme contre l’exploitation illégale des forêts. D’après le communiqué, il a été arrêté en novembre 2015 au sein de la communauté indigène Tlahuica à 80 kilomètres du sud-ouest de la ville de Mexico, à San Juan Atzingo. Il est inculpé pour avoir contribué à un cambriolage en juillet 2012. D’après Erika Gevara-Rosas, la directrice du programme Amériques d’Amnesty International, M. Zamora est accusé car il se bat pour faire révéler les dégâts infligés au territoire et à l’environnement de sa communauté.

Des accusations infondées

Les accusations de vol avec effraction pour lesquelles M. Zamora est incarcéré seraient infondées. En effet, ces accusations reposeraient sur une série de faux témoignages. D’après le communiqué, les témoignages ne sont que des textes appris par coeur, les mêmes termes pour chaque témoignage. La scène de crime a été détruite. De plus à l’époque de son arrestation, Ildefonso Zalora était victime de menaces et de violences psychologiques en réponse à ses campagnes contre l’exploitation forestière illégale.

En 2007, il a perdu un de ses fils qui s’est fait assassiner et un autre a été blessé et bien évidemment aucune enquête n’a suivi. D’après Amnesty International il constitue donc un prisonnier d’opinion, ce qui signifie qu’il est détenu uniquement en raison de ses convictions. Erika Gevara-Gavra a annoncé qu’il ne devait pas rester en prison plus longtemps.

Un noble combat

Depuis 1998, Ildefonso Zamora est le président des biens communaux de San Jan Atzingo, il y dénonçait l’exploitation illégale des forêts de son village, situé dans le parc national Lagunas de Zempoala. Les forêts de San Juan Atzingo se trouvent dans le biocorridor Ajusco-Chichiautzin, qui abrite 2% de la biodiversité mondiale et approvisionne les trois quarts de l’eau consommée de la ville de Mexico.

M. Zamora a annoncé depuis sa prison qu’il continuerait le combat afin de mettre fin à l’exploitation forestière illégale, qu’importe le prix à payer.

Réagissez à cet article !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Derniers commentaires