Source inépuisable sur le développement durable

Green et vert

Les vacanciers peuvent contrôler la pollution de l’eau dans laquelle ils se baignent

France / / Europe

Le site du ministère de la Santé a référencé la qualité de l’eau de 2 047 points de baignade des littoraux français. Une manière de savoir si vous pouvez mettre les pieds dans l’eau.

Aux vacanciers actuels et à venir au cours de cet été qui rêvent de plonger dans les mers ou océan des littoraux français, un moteur de recherche « qualité des eaux de baignade » du ministère de la Santé est adressé. La carte des eaux de baignade du territoire français permet de jeter un petit coup d’œil à sa plage préférée et de savoir si elle est polluée ou non.

Pour l’utiliser, rien de plus facile, il faut simplement zoomer sur le lieu de baignade de votre choix dont le classement s’affiche à l’aide d’un code couleur qui s’étend du bleu au violet. On trouve sept catégories de baignade allant d’excellent à interdiction.

Des eaux plutôt propres

Les critères d’évaluation de la qualité de l’eau sont enregistrés d’après des directives européennes. Ils font suite à des analyses microbiologiques sur des germes (bactéries) témoins de contamination fécale comme les escherichia coli et les entérocoques intestinaux. Le site explique que le contrôle sanitaire comprend aussi une surveillance visuelle qui permet de détecter la présence par exemple de résidus goudronneux, de verre, de plastique ou d’autres déchets.

Sur les 2 047 points de bord de mer analysés de manière régulière depuis l’année 2013, la plupart présentent une eau jugée « excellente ». cependant, quinze plages sont toujours dans le rouge, affichant ces quatre dernières années un bilan annuel systématiquement « insuffisant ».

Les plages les plus polluées se situent dans le Finistère avec quatre plages concernées, dans la Manche avec trois plages polluées, ainsi qu’en Charente-Maritime où on trouve deux plages dans le rouge, également en Guyane deux plages puis en Guadeloupe, à Mayotte, dans le Pas-de-Calais et dans la Somme.

Réagissez à cet article !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers commentaires