Source inépuisable sur le développement durable

Green et vert

Une entreprise développe des vélos qui aspirent la pollution

Chine / / Asie

Une innovation pourrait bien ramener le vélo au statut de nouvelle tendance en Chine.


La pollution de l’air dans les villes atteint des sommets très inquiétants dans le monde entier. En Chine tout particulièrement, où il est estimé que plus d’un million de personnes par an meurent prématurément à cause de la pollution atmosphérique. Même si le gouvernement a mis en place plusieurs mesures pour faire face au problème (brigade antipollution, taxis électriques), ce qui n’a pour le moment pas vraiment fonctionné. Mais cela n’a pas empêché Daan Roosegaarde, artiste et inventeur hollandais, de tenter de changer les choses avec sa dernière invention : le vélo antipollution.

On a pu le voir pour la première fois lors d’une conférence de presse au Forum économique de Dalian, dans le nord-est de la Chine. Le vélo sera bientôt développé en partenariat avec Ofo, le programme de partage de vélo le plus important du pays et Tezign, une plateforme de design.

Le vélo antipollution a été conçu et imaginé dans le cadre du Smog Free Project, (le projet antipollution) de Daan Roosegaarde. Il s’agit d’un programme de recherche qui innove pour lutter contre la pollution de l’air. Ce n’est pas la première fois qu’avec son équipe d’ingénieurs et de chercheurs ils développent ce type de projet. Ils ont également construit la Smog Free Tower. Cette tour de sept mètres de haut peut nettoyer jusqu’à 30 000 mètres cube d’air par heure.
Il explique que ce vélo aspire l’air pollué, le purifie et libère de l’air sain tout autour du cycliste. Pour l’instant la bicyclette est à l’état de prototype mais pourrait dès l’automne 2017, circuler à grande échelle. Dan Roosegaarde a l’ambition de vouloir aider la Chine et il espère raviver la culture du vélo tout en luttant contre la pollution.

Il est possible de soutenir le Smog Free Project, à noter : l’équipe compresse les particules de carbone que la Smog Free Tower absorbe à Pékin et les recycle en bagues et en boutons de manchettes.

Réagissez à cet article !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers commentaires