Source inépuisable sur le développement durable

Green et vert

Un Nantais crée un site pour s’échanger des vers de terre et ça fonctionne du tonnerre

France / / Europe

Il s’agit du site Internet Plus 2 vers, qui met en lien les utilisateurs de lombricomposteurs avec ceux qui veulent le devenir.

L’agriculture urbaine a la cote ces dernières années et elle est d’ailleurs célèbre tout ce week-end dans plusieurs villes de France. Alors que la gestion des déchets devient l’un des objectifs de ce siècle, de plus en plus de foyers se lancent dans le compostage de leurs déchets alimentaires.

Cette démarche reste simple lorsque l’on possède un jardin. Pour ce qui est des citadins c’est une autre affaire, le lombricompostage reste leur meilleure solution. Mais après avoir acheté ou construit la boîte fournie par certaines communes, à placer sur son balcon ou carrément dans sa cuisine, comment trouver ces petits vers qui produiront ensuite de l’engrais ?

David Regnier Garnelo a répondu à cette question peu banale avec Plus 2 vers. En effet, en 2012, ce Parisien, venu s’installer à Nantes, cherche une autre solution que celle de penser une trentaine d’euros dans un magasin de pêche pour obtenir les petites bêtes tant recherchées. Alors, il a conçu une carte et proposé aux donateurs de s’inscrire. Cinq ans plus tard, s’il a réussi à démarrer son propre lombricomposteur, il est l’une des 1.500 personnes au monde qui se proposent de fournir gratuitement des vers grâce à la plateforme.

Vous prendrez bien un petit conseil avec ce vers?

David Regnier Garnelo, qui a reçu il y a plusieurs mois un prix de la Fondation pour la nature et l’homme pour son site Internet, explique que trois tonnes de déchets sont évités par jour grâce à son action. Il se réjouit de compter plus de 15.000 personnes ayant pu récupérer des vers via le site. Selon lui, le côté pratique, modernise la chose. Il suffit de trouver quelqu’un à côté de chez soi, de récupérer une grosse poignée de vers et du compost. L’autre point positif, c’est la possibilité pour ceux qui démarrent, de pouvoir rencontrer des personnes qui sont plus expérimentées. Eh oui, car même lui au début, a fait plein d’erreurs. Il a malheureusement tué ses vers plusieurs fois.

D’après David Renier Garnelo, 73 % des utilisateurs du site ont réussi à se lancer. La plateforme, pour le moment disponible en français, entame son développement à l’étranger avec une traduction prochaine dans différentes langues.

Réagissez à cet article !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Derniers commentaires