Source inépuisable sur le développement durable

Green et vert

France : en 2019 le gouvernement mettra en place un «bonus-malus» sur le plastique

France / / Europe

Aujourd’hui, seulement un quart des emballages en plastique est recyclé, d’après une étude publiée en mars par « 60 Millions de consommateurs » .

Brune Poirson, secrétaire d’Etat à la Transition écologique et solidaire a affirmé dimanche que cela coutera plus cher d’acheter des produits en plastique dès lors qu’ils ne seront pas recyclés, dimanche  En effet, elle annonce pour l’an prochain un système de « bonus-malus ».

Ainsi, lorsque le choix sera possible entre deux bouteilles, l’une conçue en plastique recyclé et l’autre non, la première sera moins chère. C’est ce qu’a expliqué, Brune Poirson, dont le ministre de tutelle est Nicolas Hulot, dans un entretien au Journal du dimanche (JDD). En faisant cela, le gouvernement affiche sa volonté d’atteindre un taux intégral de recyclage des plastiques d’ici 2025, ce qu’avait promis le Président Emmanuel Macron lors de sa campagne.

Un bonus-malus pouvant atteindre 10%

À ce jour, uniquement un quart des emballages en plastique est recyclé, selon une étude dévoilée en mars par 60 Millions de consommateurs, qui rappellent que de nombreux autres types de produits, comme les jouets, ne peuvent pas même l’être.

Brune Poirson a détaillé qu’un système de bous-malus serait mis en place, représentant jusqu’à 10 % du prix des produits, sans spécifier dans quelle proportion le dispositif réduirait le coût des objets en plastique recyclé et augmenterait celui de ceux qui ne le sont pas. L’objectif est de l’activer dès 2019 et de le faire monter en puissance, a signalé Brune Poirson.

Pas de date fixée pour les consignes

Brune Poirson s’est par contre tué sur une date pour la mise en place généralisée d’une consigne sur le plastique. Le ministère a seulement annoncé qu’en début d’année, il sera mis en place la possibilité de lier un emballage à une caution que le consommateur paye à l’achat du produit et le récupère sous forme monétaire ou de bon d’achat lorsqu’il le ramène.

Brune Poirson estime qu’il est impossible de mettre tout cela en place, du jour au lendemain. Certains territoires ont de très bons systèmes de collecte. En agissant avec précipitation, le risque est de détruire des comportements déjà vertueux.
Le ministère compte cependant, travailler avec certaines villes pour tester une consigne solidaire. Ainsi lorsque vous déposerez une bouteille en plastique, cela contribuera à financer un fonds en faveur d’une grande cause, dévoile Brune Poirson. L’objectif final du ministère est de mettre en place un pur système de consigne  avec caution à l’échelle de tout le pays.

Réagissez à cet article !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Derniers commentaires