Source inépuisable sur le développement durable

Green et vert

Le Japon appelle à mettre fin à l’interdiction de la chasse commerciale à la baleine

Japon / / Asie

Le Japon a lancé une offre controversée pour mettre fin à l’interdiction de la chasse commerciale à la baleine, affirmant que les populations de certains types de baleines se sont suffisamment rétablies pour permettre la reprise d’une chasse « durable ».

Les représentants de la délégation japonaise composée de 70 personnes ont fait valoir lors de réunion de la Commission baleinière internationale [CBI] à Florianópolis, au Brésil, que le moratoire de 1986 sur la chasse commerciale était une mesure temporaire. Ils accusent la CIB d’abandonner son objectif initial : l’utilisation durable des stocks mondiaux de baleines.

« La science est claire : il existe certaines espèces de baleines dont la population est suffisamment saine pour être récoltée de manière durable», a déclaré le groupe japonais Way Forward. « Le Japon propose de créer un comité dédié à la chasse à la baleine durable (y compris la chasse commerciale à la baleine et la chasse de subsistance autochtone).»

La proposition appelait à modifier le processus de prise de décisions de la CBI pour tenter de mettre fin à ce qu’elle appelait des années d’ « intolérance » et d’ « affrontement » entre les pays pro et anti-chasse à la baleine.

Cela permettrait aux membres de la CBI d’adopter des quotas de prise à la majorité simple plutôt qu’à la majorité actuelle des deux tiers à partir de 2020 – un changement qui faciliterait la fin de l’interdiction de la chasse commerciale à la baleine.

Le ministre des Affaires étrangères de la Nouvelle-Zélande, Winston Peters, a appelé la CBI à faire preuve de leadership. « Ce n’est pas le moment de reculer » a-t-il déclaré. « La Nouvelle-Zélande continue d’appuyer le moratoire sur la chasse commerciale à la baleine. Nous voulons que les efforts de la Commission en matière de conservation des baleines soient renforcés et non affaiblis.»

Opinion publique défavorable à la chasse à la baleine

Une clause de l’interdiction de la CBI permet au Japon de mener des chasses de « recherches » chaque année et de vendre de la viande de baleine sur le marché libre, bien que la consommation ait chuté au cours des dernières décennies.

Le Japon a fait face à des critiques plus tôt cette année après avoir signalé que sa flotte de chasse à la baleine avait tué 122 baleines enceintes lors de sa chasse de recherche annuelle dans l’océan Austral l’hiver dernier. Sur les 333 petits rorquals capturés au cours de l’expédition de quatre mois, 181 étaient des femelles, dont 53 jeunes.

En 2014, la cour internationale de justice a ordonné l’arrêt du massacre annuel des baleines dans l’océan Austral, après avoir conclu que les chasses n’étaient pas, comme le prétendaient les autorités japonaises, destinées à la recherche scientifique. Deux ans plus tard, le Japon a repris la chasse à la baleine dans la région dans le cadre d’un programme remanié qui prévoyait une réduction de son quota de capture d’environ deux tiers.

« Cette réunion est critique. La CBI devrait être un centre de conservation des baleines du 21ème siècle, et non un ancien club de baleiniers», a déclaré Patrick Ramage, directeur du programme marin du Fonds international pour la protection des animaux. « Les pays membres doivent rester unis et faire progresser la protection des baleines, ne pas laisser cette commission revenir à l’ère de la chasse commerciale à la baleine.»

Bob Brown (ancien dirigeant des Verts en Australie) a déclaré que « l’opinion publique mondiale était opposée à la poursuite des activités de chasse à la baleine par le Japon ».

 

 

Réagissez à cet article !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Derniers commentaires