Source inépuisable sur le développement durable

Green et vert

Les plantes communiquent leur détresse en utilisant leur propre système nerveux

Les plantes n’ont peut-être pas de cerveau, mais elles disposent en quelque sorte d’un système nerveux. Des biologistes spécialisés dans les plantes ont découvert que lorsqu’une feuille est mangée, elle avertit les autres feuilles en utilisant les mêmes signaux que les animaux. Ce nouveau travail commence à dévoiler un mystère entretenu de longue date concernant la manière dont les différentes parties d’une plante communiquent entre elles.

Les cellules nerveuses animales se parlent à l’aide d’un acide aminé appelé glutamate. Ce dernier, après avoir été libéré par une cellule nerveuse excitée, aide à déclencher une vague d’ions calcium dans les cellules adjacentes. L’onde descend dans la cellule nerveuse suivante, qui transmet un signal au suivant, permettant ainsi une communication à longue distance.

Les scientifiques étudiaient la manière dont les plantes réagissent à la gravité quand ils ont fait cette découverte. Ils ont mis au point un capteur moléculaire capable de détecter une augmentation du calcium, ce qui, selon eux, pourrait jouer un rôle. Ils ont installé le capteur, qui brille davantage lorsque les niveaux de calcium augmentent, dans une plante de moutarde appelée Arabidopsis. Ils ont ensuite coupé une de ses feuilles pour voir s’ils pouvaient détecter une activité calcique.

Ils ont immédiatement vu une lueur devenir plus brillante, puis plus faible, juste à côté de la « blessure » ; alors la lueur est apparue et a disparu plus loin jusqu’à ce que la vague de calcium atteigne les autres feuilles, ont rapporté les biologistes dans la revue Science. D’autres études ont mis en évidence le glutamate comme déclencheur de l’onde calcique.

Bien que les biologistes sachent déjà que les modifications apportées à une partie de la plante sont détectées par les autres, ils n’ont aucune idée de la manière dont cette information est transmise. Maintenant qu’ils ont vu l’onde de calcium et le rôle du glutamate, les chercheurs peuvent mieux surveiller et – peut-être même un jour manipuler – le système de communication interne des plantes.

Réagissez à cet article !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Derniers commentaires