Source inépuisable sur le développement durable

Green et vert

Les premiers lionceaux éprouvette sont nés en Afrique du Sud

Afrique du Sud / / Afrique

Les premiers lionceaux au monde conçus par insémination artificielle sont nés le 25 août au centre de conservation Ukutula près de Brits, en Afrique du Sud.

 Cette découverte pourrait sauver certaines espèces de félins menacés dans le futur.

Une étude menée par une équipe de chercheurs de l’Université de Pretoria (UP) sur la physiologie de la reproduction du lion d’Afrique a permis la naissance de deux lionceaux par insémination artificielle.

La naissance des premiers lionceaux issus d’une fécondation in vitro au monde est un moment clé pour la conservation des espèces de grands félins.

Une mesure préventive

Le professeur Andre Ganswindt, directeur de l’Institut de recherche sur les mammifères de Pretoria, a déclaré que cela pourrait permettre de lutter contre la menace d’extinction à laquelle sont confrontés plusieurs grands félins du monde entier.

« La faune est menacée par la perte d’habitat et les pressions anthropiques qui affectent également les grands félins. C’est pourquoi un certain nombre d’espèces sont répertoriées comme vulnérables ou en danger ».

Andre Ganswindt a déclaré qu’il s’agissait d’une mesure préventive visant à garantir que les techniques étaient développées avant qu’une espèce ne soit en danger critique d’extinction.

« Pour avoir la possibilité de stabiliser les populations même avec une reproduction artificielle, vous devez avoir les techniques nécessaires bien avant l’heure où cela est nécessaire. C’est pourquoi vous ne pouvez pas développer ces techniques sur une espèce en danger critique d’extinction. En Afrique du Sud, nous avons une population de lions relativement stable, ce qui nous permet d’utiliser les lions comme espèces de pointepour recueillir les connaissances sur les techniques à utiliser sur les grands félins en danger critique d’extinction ».

Une recherche qui va sauver certaines espèces de félins

Willi Jacobs, propriétaire du centre de conservation Ukutula, a déclaré que c’était un moment de fierté pour la conservation des félins. « Il y a un certain nombre d’espèces de félins comme le léopard des neiges qui sont en voie de disparition et ce développement peut sauver ces espèces de l’extinction. Nous sommes très fiers de pouvoir accueillir la biobanque et la recherche afin de contribuer à la conservation de l’espèce», a-t-il déclaré.

Ukutula, en collaboration avec l’UP et des chercheurs internationaux, a créé début 2017 un centre de conservation, un laboratoire et une biobanque à des fins de recherche scientifique.

« Les lionceaux se portent bien et nous sommes très heureux d’y avoir participé. Cette naissance donne une reconnaissance à la biobanque ».

 

Réagissez à cet article !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Derniers commentaires