Source inépuisable sur le développement durable

Green et vert

Le Myanmar brûle un stock illégal d’espèces sauvages pour dissuader les passeurs

Les autorités du Myanmar (ex Birmanie) ont détruit le 4 octobre des centaines de défenses d’éléphant, d’écailles de pangolin et d’autres parties d’animaux, représentant une valeur totale de 1,3 million de dollars sur le marché noir, dans le cadre de la répression du trafic illégal d’espèces sauvages.

Les autorités ont mis le feu au bûcher, composé de 277 morceaux d’ivoire d’éléphant, 1 544 cornes d’antilopes, 180 os de tigre et d’autres objets confisqués pesant plus de 1,4 tonne dans un complexe gouvernemental situé dans la capitale, Naypyitaw.

« Il est crucial de préserver durablement les ressources naturelles de notre pays, y compris la terre, l’eau, les forêts, les montagnes et la faune, pour le bien des générations futures », a déclaré le ministre des Ressources naturelles et de la Conservation de l’environnement, Ohn Win.

Le Myanmar, situé dans la fameuse région du « Triangle d’Or« , qui borde la Thaïlande et le Laos, est au cœur du commerce mondial d’espèces sauvages illicites, des marchandises étant passées en contrebande principalement vers la Chine.

Un rapport du groupe de défense de la nature, Save the Elephants, a déclaré cette semaine que l’interdiction récente du commerce de l’ivoire par la Chine avait peu empêché la « croissance prolifique » du commerce dans la ville frontalière entre le Myanmar et la Chine, Mong La, où le nombre de nouveaux articles en ivoire vus en vente dans la ville a augmenté de 63% en trois ans et représente maintenant plus du tiers de l’ivoire observé dans le pays.

Réagissez à cet article !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Derniers commentaires