Source inépuisable sur le développement durable

Green et vert

L’impact écologique des fleurs

Qu’elle soit rouge, rose ou blanche, une rose restera toujours aussi parfaite. Leurs pétales soyeux, leur parfum distinctif et leurs connotations romantiques en font la fleur préférée des romantiques depuis des siècles. Cependant, lorsqu’on en apprend davantage sur l’impact environnemental de ces fleurs, elles nous paraissent un peu moins parfaites.

Tout d’abord, il faut savoir que les roses fraîches vendues chez les fleuristes ne proviennent presque jamais d’exploitations locales. Au lieu de cela, elles arrivent souvent par avion de pays plus chauds. Environ 80% des roses proviennent d’Amérique du Sud ou d’Afrique. De plus, les roses ont besoin de beaucoup d’eau pour s’épanouir, et pour lutter contre les parasites, elles sont souvent fortement arrosées de pesticides.

Une fois coupées, elles sont ensuite transportées dans des camions frigorifiques et sont enfermées la nuit dans des glacières avant de continuer leur voyage vers les fleuristes du monde entier. Selon Flowerpetal.com, qui tente de limiter l’impact des achats de fleurs sur l’environnement, l’envoi des quelque 100 millions de roses pour la Saint-Valentin produit environ 9 000 tonnes d’émissions de dioxyde de carbone (CO2) du champ au fleuriste.

La solution du local ?

Même lorsqu’elles sont cultivées plus localement, l’empreinte carbone d’une fleur peut ne pas être beaucoup plus légère.

Une étude réalisée en 2007 par l’Université anglaise Cranfield a révélé que la culture de 12 000 roses kenyanes produisait 6 000 kg de CO2 ; le nombre équivalent cultivé dans une serre hollandaise a émis 35 150 kg de CO2. Les roses hollandaises avaient besoin de lumière artificielle, de chaleur et de refroidissement au cours de leur cycle de croissance de 8 à 12 semaines, tandis que celles de l’étranger économisaient au moins de l’énergie en utilisant la lumière naturelle du soleil.

Conscients de ce problème, certains producteurs de fleurs ont créé des labels de fleurs « vertes », notamment «FlorEcuador  », «VeriFlora » et « Florverde ». Tous les bouquets portant ces étiquettes garantissent le respect de normes environnementales et sociales aux critères élevés.

Par exemple, les normes de Florverde incluent une consommation d’eau minimale par irrigation goutte à goutte et collecte d’eau de pluie ; fertilisation du houmous ; chaudières avec filtres antipollution ; vaporisation de soufre ; lutte antiparasitaire intégrée pour une diminution de l’utilisation des pesticides de 46% ; et l’élimination des déchets dans le respect de l’environnement.

De plus, ils offrent à leurs salariés des subventions pour l’éducation et le logement ; garderies ; alphabétisation, salaires supérieurs et semaines de travail inférieurs à la moyenne ; soins de santé sur place ; et tous les avantages, y compris les assurances maladie, invalidité et retraite.

Pourtant, cela ne résout pas entièrement le problème puisque les roses sont si délicates qu’elles ne peuvent pas être expédiées par la mer. Par conséquent, le transport aérien reste la seule option.

Les bonnes alternatives

Alors, que doivent faire les amoureux des fleurs ?

La solution évidente consiste à acheter des fleurs cultivées localement, mais encore une fois, celles-ci sont généralement le produit de serres énergivores.

Cependant, en saison, certaines fleurs, telles que les jonquilles, les dahlias et le jasmin, peuvent être cultivées localement sans utiliser de serre. Par conséquent, si vous souhaitez vraiment respecter l’environnement, tournez-vous vers des fleurs cultivées localement et de saison. Comme pour votre alimentation finalement.

 

Réagissez à cet article !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Derniers commentaires