Source inépuisable sur le développement durable

Green et vert

Pesticides : Les singes noirs du Costa Rica virent au jaune

Une équipe de scientifiques a découvert que l’utilisation de pesticides dans les plantations agricoles pourrait modifier la palette de couleurs de la fourrure des singes hurleurs du Costa Rica.

Les singes hurleurs mantelés (Alouatta palliata) sont généralement assez sombres avec une fourrure qui comporte seulement quelques taches orangées sur les côtés. Mais ces cinq dernières années, de plus en plus de singes sont apparus avec de grandes taches de fourrures jaunes.

Depuis le début des années 2000, des scientifiques étudient la génétique des primates au Costa Rica, notamment des singes hurleurs mantelés. Une première étude a révélé que les gènes de ces animaux ne varient pas beaucoup et que les 205 singes suivis dans le cadre de cette étude avaient la même séquence génétique, appelée génotype, qui est composé d’un pelage totalement noir.

Il y a environ cinq ans, cependant, les chercheurs ont constaté l’apparition d’une coloration jaune particulière. En tout, les auteurs indiquent qu’au moins 21 individus en sont atteints. Au début, ces tâches ne couvraient souvent qu’une petite partie du corps du singe, une main ou une partie de la queue. Mais avec le temps, les chercheurs ont remarqué que les taches s’étendaient sur le reste du corps. Deux primates sont même totalement jaunes.

L’hypothèse de l’équipe, rapportée en ligne le 31 octobre dans la revue Mammalian Biology, est que le soufre contenu dans les pesticides utilisés dans les plantations de bananiers, d’ananas et de palmiers à huile – appliqués en abondance dans ce pays – pourrait en être la cause. En effet, la plupart des singes à la fourrure jaune vivent à proximité de ces exploitations, où ils récupèrent probablement des produits chimiques contenant du soufre lorsqu’ils mangent les feuilles des arbres voisins. Les chercheurs pensent que les singes de couleur jaune fabriquent moins de pigment foncé appelé eumélanine que de composé appelé phéomélanine, qui contient du soufre et produit des cellules de peau et des follicules pileux de couleur claire.

Selon eux, des recherches ultérieures pourraient permettre de mieux cibler les causes de ce changement, ainsi que les conséquences pour les singes eux-mêmes. Ces singes hurleurs partagent les forêts du Costa Rica avec plusieurs prédateurs. Les taches jaunes pourraient en faire une cible plus visible et les rendre plus vulnérables.

Réagissez à cet article !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Derniers commentaires