Source inépuisable sur le développement durable

Green et vert

Greta thunberg porte plainte contre la France pour inaction climatique

/ Monde

Greta Thunberg et quinze autres jeunes ont porté plainte contre la France et 4 autres pays pour inaction climatique.

Lundi 23 septembre, 16 jeunes, dont Greta Thunberg, ont déposé plainte devant la comité des droits de l’enfant de l’ONU contre cinq pays, comprenant l’Allemagne, l’Argentine, le Brésil, la Turquie et la France.

Beaucoup s’interrogent sur cette plainte, sur son bien-fondé et ses conséquences, comme de savoir qu’est-ce que ces jeunes reprochent à la France

La raison de la plainte porte sur une atteinte à la convention de l’ONU sur les droits de l’enfant. En effet, cette convention, ratifiée par les cinq pays visés et adoptée par l’ONU en 1989, pose les bases des droits inaliénables des enfants dans le monde, tel que le droit à la vie ou à la santé. Ce sont sur ces deux derniers, que les 16 jeunes, s’appuient, puisqu’ils estiment qu’ils ne sont plus assurés au vu de la santé défaillante de notre écosystème. Ainsi pour eux, l’inaction des Etats face au réchauffement climatique ne protège pas les générations futures contre les conséquences à venir. Greta Thunberg souligne pour justifier sa plainte, que les Etats n’ont pas tenu leurs engagements.

Jusqu’où cela peut-il mener

Ce qu’il est nécessaire de comprendre c’est que ce n’est pas une plainte comme on l’entend en France. Il n’y aura ni plainte en justice ni juge saisi. Ainsi la France ne craint rien juridiquement. Il s’agit seulement d’un groupe d’experts de la Convention internationale sur les droits de l’enfant qui va être saisi et son rôle est de vérifier le respect de cette Convention. Cette plainte n’est en fait qu’une démarche administrative. N’importe qui peut saisir ce comité d’experts.

Le Comité des droits des enfants va étudier la saisie et décidera de lui donner suite ou non. Mais même s’ils décidaient d’entreprendre des poursuites, la France ne risque rien. Il s’agira seulement d’un dialogue entre les institutions onusiennes et françaises. Et less conséquences seront très faibles se sera des recommandations qui seront rendues publiques, mais qui ne les obligeront en rien à des actions .

Réagissez à cet article !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Derniers commentaires