Source inépuisable sur le développement durable

Green et vert

Les pneus de voiture et les plaquettes de frein produisent des microplastiques particulièrement nocifs

Une étude publiée fin 2018 a révélé que de minuscules morceaux de pneus en caoutchouc, de plaquettes de freins et d’asphalte constituaient la majeure partie de la pollution microplastique en suspension dans l’air autour de trois autoroutes allemandes.

 Les scientifiques ont analysé plus de 500 petites particules extraites de l’air autour de trois autoroutes allemandes très fréquentées et ont découvert que la grande majorité – 89% – provenait des pneus de véhicule, des systèmes de freinage et des routes elles-mêmes. Dans l’ensemble, ces chercheurs ont classé les particules dans la catégorie des microplastiques, bien qu’elles incluent des matériaux autres que le plastique.

Selon Reto Gieré, spécialiste des sciences de l’environnement à l’Université de Pennsylvanie, ces particules sont emportées par le vent et entraînées par la pluie dans les voies navigables menant à l’océan, où les débris peuvent nuire aux animaux aquatiques et aux écosystèmes fragiles.

La congestion automobile aggrave le problème

Reto Gieré a présenté ses conclusions lors de la réunion annuelle de la Geological Society of America à Indianapolis. Des recherches antérieures avaient estimé qu’environ 30% du volume de microplastiques polluant les océans, les lacs et les rivières provenait de l’usure des pneus.

« Nous voulons tous réduire les émissions de CO2 » des gaz d’échappement des véhicules, indiquait alors le scientifique. « Mais vous ne pouvez pas arrêter les écorchures. » La congestion routière aggrave le problème. Les chercheurs ont découvert que les véhicules roulant à des vitesses constantes, utilisant par conséquent moins leurs freins, produisaient moins de particules.

Certains matériaux, y compris le caoutchouc synthétique, étant recouverts de poussière et d’autres débris, ne sont pas toujours faciles à identifier. Les chercheurs ont découvert le type de chaque particule en examinant chacune d’elles au microscope électronique à balayage et en effectuant des analyses chimiques.

 

Réagissez à cet article !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Derniers commentaires