Source inépuisable sur le développement durable

Green et vert

L’eau potable de Sydney pourrait être polluée par les cendres des feux de brousse

Australie / / Océanie

Les feux de brousse ont laissé de grands dépôts de cendres dans le bassin versant du barrage de Warragamba, qui fournit 80% de l’eau potable de Sydney, a déclaré un expert en sécurité de la qualité de l’eau, entrainant « une situation grave ».

L’approvisionnement en eau potable de Sydney risque de subir le « pire scénario » auquel sont également confrontées certaines communautés de Nouvelle-Galles du Sud, où de grandes quantités de cendres de brousse ont été emportées dans les barrages par de fortes précipitations, a averti un expert en eau.

Une situation critique pour la ville

Stuart Khan, expert en sécurité de la qualité de l’eau et ingénieur en environnement de l’Université de Nouvelle-Galles du Sud, a déclaré que les récents feux de brousse avaient laissé de gros dépôts de cendres dans le bassin versant du barrage de Warragamba, qui fournit 80% de l’eau potable de la ville.

« La situation à Sydney est vraiment grave », a déclaré le spécialiste. « Avoir un réservoir plein de sédiments et de cendres est en soi un vrai problème, car cela rend les processus de traitement de l’eau plus difficiles. »

« Il y aura maintenant une énorme quantité de cendres dans le bassin versant. Le meilleur cas est que nous ayons des petites pluies pendant des semaines et des mois qui permettent une légère repousse. Si nous avons une grosse tempête ou un gros événement pluvieux dans le captage d’eau potable de Sydney, nous verrons une partie de ces cendres s’écouler dans le barrage. »

WaterNSW a déclaré que les incendies dans les bassins versants ne présentaient aucun risque pour la qualité de l’eau « pour le moment » et que l’autorité avait travaillé pour minimiser les effets potentiels.

« Le potentiel des impacts de la qualité de l’eau sur le stockage des barrages dépendra de l’étendue et de l’intensité des incendies et du moment où se présenteront les prochaines précipitations importantes », a communiqué le WaterNSW la semaine dernière.

Certaines communautés plus exposées au risque

Stuart Khan a déclaré que certaines communautés régionales, telles que Tenterfield dans la région nord de la Nouvelle-Angleterre, avaient déjà vu leur approvisionnement en eau potable pollué par les cendres. Les habitants de Tenterfield font bouillir leur eau depuis plus de 70 jours.

Lorsque les cendres – qui contiennent de grandes quantités de carbone organique – pénètrent dans l’alimentation en eau, elles peuvent prélever de l’oxygène dans l’eau et modifier la chimie de l’eau. Stuart Khan a déclaré que les poissons pouvaient être tués, tout comme les algues bleu-vert.

Plus il y a de sédiments dans l’eau, plus il est difficile à traiter. Stuart Khan a déclaré que même si Sydney disposait de systèmes de secours pour faire face à une situation similaire, la menace était beaucoup plus grande dans de nombreuses communautés régionales où l’infrastructure de traitement était ancienne ou obsolète.

« Sur la côte est de la Nouvelle-Galles du Sud, presque toute notre alimentation en eau dépend de l’eau de surface », a-t-il déclaré.

« Nous avons beaucoup d’endroits où les approvisionnements proviennent d’un seul réservoir, d’une seule usine de traitement, avec un traitement relativement simple en place. Il est temps de bien regarder les usines d’eau potable autour de la Nouvelle-Galles du Sud et de se poser la question : sont-elles à jour ? Ont-elles la résilience… [pour] résister à ces événements dangereux et continuer à fournir de manière fiable une eau potable de qualité ? »

 

Réagissez à cet article !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Derniers commentaires