Source inépuisable sur le développement durable

Green et vert

2019 a été l’année la plus chaude jamais enregistrée dans les océans

Les océans du monde viennent de connaître leur année la plus chaude jamais enregistrée. Les océans en 2019 étaient 0,075 degré au-dessus de la moyenne de 1981 à 2010, selon une nouvelle étude.

Une étude publiée dans la revue Avancées dans les sciences atmosphériques a révélé que les températures de l’océan ont atteint des niveaux record en 2019, et ce n’est pas une anomalie : les cinq dernières années ont également été les plus chaudes pour les océans depuis le début des mesures fiables dans les années 1950.

C’est un gros problème car les océans absorbent plus de 90% de la chaleur supplémentaire générée par la combustion de combustibles fossiles.

« Les océans sont vraiment ce qui vous indique à quelle vitesse la Terre se réchauffe », a déclaré le co-auteur de l’étude et professeur à l’Université de St. Thomas, John Abraham. « En utilisant les océans, nous voyons un taux de réchauffement continu, ininterrompu et accéléré de la planète Terre. Ce sont de terribles nouvelles. »

Réchauffement 450 % plus important entre 1987 et 2019

Les océans en 2019 étaient 0,075 degré Celsius au-dessus de la moyenne de 1981 à 2010, selon un communiqué de presse. Cela signifie qu’ils ont absorbé 228 000 000 000 000 000 000 000 000 de joules de chaleur.

« C’est beaucoup de zéros en effet », a concédé l’auteur principal Lijing Cheng dans le communiqué de presse. « Pour faciliter la compréhension, j’ai fait un calcul. La bombe atomique d’Hiroshima a explosé avec une énergie d’environ 63 000 000 000 000 joules. La quantité de chaleur que nous avons mise dans les océans du monde au cours des 25 dernières années équivaut à 3,6 milliards des atomes issus des explosions de bombes d’Hiroshima. », a expliqué ce professeur agrégé au Centre international des sciences du climat et de l’environnement de l’Institut de physique atmosphérique de l’Académie chinoise des sciences.

Cela signifie que nous avons déversé le contenu thermique de quatre bombes dans l’océan chaque seconde au cours des 25 dernières années.

Mais les océans ne font pas que se réchauffer. Ils le font également plus rapidement. Le réchauffement a été 450 % plus important entre 1987 et 2019 qu’il ne l’était entre 1955 et 1986. Et l’augmentation de la chaleur en 2019 a été la plus importante de la dernière décennie.

« Nous en sommes maintenant à cinq à six bombes de chaleur d’Hiroshima par seconde », a déclaré John Abraham.

Des impacts pour toute forme de vie

L’étude était basée sur des données issues du réseau de 3 000 flotteurs Argo qui mesure la température et la profondeur des océans. Ce système a été mis en place en 2007, mais les chercheurs ont pu calculer les températures océaniques globales des années précédentes sur la base des relevés effectués sur les flancs des navires.

Les mesures couvrent les 2000 premiers mètres de l’océan, où se trouvent la plupart de la chaleur et la vie marine.

« Pour moi, le message à retenir est que le contenu thermique des couches supérieures de l’océan mondial, en particulier à 300 mètres de profondeur, augmente rapidement et continuera d’augmenter à mesure que les océans absorberont plus de chaleur de l’atmosphère », indique Dan Smale de la Marine Biological Association du Royaume-Uni, qui n’était pas impliqué dans l’étude. « Les couches supérieures de l’océan sont vitales pour la biodiversité marine, car elles soutiennent certains des écosystèmes les plus productifs et les plus riches de la Terre, et un réchauffement de cette ampleur aura un impact considérable sur la vie marine. »

Ces impacts incluent le blanchissement des coraux et les vagues de chaleur marines mortelles, comme le « blob » du Pacifique Nord de 2013 à 2015, qui a tué 100 millions de morues, stipule le communiqué de presse. Mais ce ne sont pas seulement les créatures océaniques qui souffrent. Des océans plus chauds alimentent également des tempêtes plus humides et plus dommageables.

 

Réagissez à cet article !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Derniers commentaires