Source inépuisable sur le développement durable

Green et vert

Un temple bouddhiste thaïlandais recycle les plastiques en robes

Thaïlande / / Asie

Dans un temple bouddhiste au sud de Bangkok, une machine recycle le plastique de polyester, qui servira à la création de robes pour les moines.

Le temple du recyclage de Wat Chak Daeng est un exemple brillant de recyclage pour la Thaïlande, l’un des cinq pays qui génèrent plus de la moitié du plastique dans les océans du monde.

Les moines ont recyclé 40 tonnes de plastique en deux ans depuis le début du programme, dans le but de limiter les déchets plastiques entrant dans le fleuve Chao Phraya, qui s’écoule vers le sud dans le golfe de Thaïlande dans le Pacifique Ouest.

« Je pratique les enseignements du Bouddha, qui concordent également avec la résolution de la crise environnementale mondiale », explique Phra Maha Pranom Dhammalangkaro, 54 ans, moine du temple de la province de Samut Prakan, au sud de Bangkok.

Contrairement à la plupart des temples où les gens font l’aumône en apportant de la nourriture et des vêtements, les fidèles offrent des sacs et des bouteilles en plastique en échange des bénédictions de Phra Maha Pranom.

« Donner un kilogramme de bouteilles en plastique peut aider à fabriquer un ensemble complet de robes de moine, qui a une valeur élevée, à la fois en termes d’argent et de mérites », se félicite le moine.

Sensibilisation

Le temple a produit au moins 800 ensembles de robes.

Chaque ensemble se vend entre 2 000 bahts (58 €) et 5 000 bahts (146 €). Cela permet de continuer à financer le projet et de payer les volontaires pour le tri des déchets, dont beaucoup sont des femmes au foyer, des retraités et des personnes handicapées.

La Thaïlande est le cinquième plus grand contributeur de plastique aux océans du monde, selon un rapport du groupe américain Ocean Conservancy. Dans cette liste on retrouve trois autres pays d’Asie du Sud-Est, ainsi que la Chine, le premier pollueur de plastiques.

« Non seulement les moines apportent une contribution concrète au recyclage, mais ils sensibilisent également leurs communautés », a déclaré Chever Voltmer, directeur des initiatives plastiques chez Ocean Conservancy.

Lorsque le moine Phra Maha Pranom s’aventure à l’extérieur du temple, les villageois en profitent pour lui apporter du plastique.

« Si vous ne récupérez pas ces plastiques, où finissent-ils? Dans l’estomac des dugongs, des dauphins, des baleines et de nombreux autres animaux marins. Puis ils meurent », leur dit-il.

Réagissez à cet article !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Derniers commentaires