Source inépuisable sur le développement durable

Green et vert

Dossier

Finance Watch peut-elle assainir le monde de la finance?

L’hypertrophie de la sphère financière, par rapport à l’économie productive, engendrée par la globalisation est propice à l’apparition de certains comportements débridés. L’apparente impuissance des régimes démocratiques face à cette situation contribue sans doute à la montée du populisme aux États-Unis et en Europe. L’aventure de Finance Watch prouve que les institutions publiques n’ont pas dit leur dernier mot.

PDF du dossier de Finance Watch

Les lobbyiste du milieu bancaire sont omniprésents au Parlement européen. ©Salim Shadid

Par Benoît Forin

Réagissez à cet article !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Derniers commentaires

  1. Dans le dossier est très justement écrit que les lobbies du secteur bancaire ont pour objectif principale de “Présenter sans relâche comme inutile, ou dangereuse pour l’intérêt général et celui de la profession, toute velléité de réglementation. Ou, à tout le moins, en atténuer la portée.
    De façon générale, cet objectif est le même pour tous les lobbies liés aux activités des grandes multinationales, dont celles de l’énergie.
    Pour avoir assisté au débat sur les gaz à effet de serre organisé lundi 14 janvier par l’Institut Montaigne, je peux dire avoir été surpris, sinon choqué par la dimension lobbyiste du dit débat (comme je l’ai écrit sur mon blog il s’agissait en fait d’un pseudo-débat : trois des quatre des intervenants étant pro gaz de schiste ainsi que la majorité de la salle.)