Source inépuisable sur le développement durable

Green et vert

Les centrales hydrauliques plus polluantes que celles au charbon?

Chine / / Asie

‘Les centrales hydrauliques sont plus polluantes que celles au charbon ?’ C’est ce qu’a déclaré un officiel du ministère de l’environnement fin décembre. Depuis, c’est la guerre des mots dans les cercles du développement durable chinois. En toile de fond, l’avenir de la filière de l’hydraulique dans l’empire du milieu.

Charbon sur barges sur le fleuve Yangtze, Chine centrale. © Otto Dusbaba

Des évaluations multiples

 

Par certains aspects, l’hydraulique est plus polluant que le charbon.

Le 22 décembre dernier, Ling Jiang, chef du bureau de la lutte contre la pollution au ministère de l’Environnement lance ces paroles lors d’une réunion publique. Selon lui, les impacts négatifs provoqués par bien des barrages chinois sont : réduction du débit des cours d’eau, multiplication d’une flore envahissante et déséquilibres biologiques. En plus des conséquences sociales parfois dramatiques créées pour les populations déplacées.

La sortie de monsieur Ling a provoqué un tollé. La réponse la plus acerbe a été faite par Zhang Boting, vice-secrétaire général de l’association des ingénieurs en hydro-électricité. Il a publié un texte largement repris par les médias nationaux intitulé

Les officiels du ministère de l’environnement devraient comprendre les bases de la science moderne et les principes élémentaires de la logique.

Le contenu de cette déclaration est à la mesure de son titre : virulent!

En fait, le débat sur les risques environnementaux associés aux centrales hydroélectriques existe depuis 2003. Et la posture de la Chine était, jusqu’à très récemment, d’une grande prudence envers ce type de projets. Par exemple, le plan de relance de l’économie de 4 000 milliards de yuans décidé en 2008 a alloué plus de 100 milliards à la production électrique, dont… zéro pour l’hydroélectrique.

Depuis la création du ministère de l’environnement en 2007 et jusqu’à juin dernier, aucun nouveau projet n’avait été approuvé. Cependant, la seconde moitié de 2010 a vu la renaissance de la filière. En tête des gros investissements, des barrages sur les fleuves Lancang Jiang et Yaluzangbu Jiang (qui a récemment inquiété les autorités de l’Inde voisine). Le virage est radical, puisque le projet de barrage sur le Lancang Jiang avait été refusé en 2009, pour être remis sur les rails en fin d’année dernière.

Responsables de graves bouleversements écologiques

Que dit la science sur les problèmes environnementaux créés par les barrages ? Selon un rapport de l’académie des sciences, les conséquences d’un barrage sont les suivantes : modification des caractéristiques de l’écoulement du cours d’eau, de la température et de la qualité de l’eau, changements géologiques pouvant entraîner des glissements de terrain dans les environs, impact sur la flore et la faune notamment sur les espèces de poissons qui remontent les cours d’eau pour leur reproduction, réduction du mélange génétique entre les espèces vivant de part et d’autre du barrage,… De nombreuses conséquences mais sont-elles pires que la pollution occasionnée par la combustion du charbon?

Ce n’est pas comparable. L’impact environnemental d’une centrale au charbon se fait au niveau de la pollution atmosphérique, alors qu’une centrale hydroélectrique ne rejette quasiment pas de polluants.

Pour Zhang Boting, la supériorité de l’hydroélectrique est indiscutable, et il se réjouit que les décideurs politiques aient adopté son point de vue. Il nous déclare ainsi avec plaisir que :

Pendant la période du douzième plan quinquennal (2011 – 2015), le gouvernement a décidé de développer activement ce potentiel énergétique.

Ceci sans doute afin de rattraper un peu le retard sur l’Occident. Car si la Chine n’a développé que 30% de son potentiel hydroélectrique, les USA en sont à 70%, et l’Islande ou la Norvège à 90%. Sans catastrophe majeure connue sur l’environnement pour l’instant.

Réagissez à cet article !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Derniers commentaires