Source inépuisable sur le développement durable

Green et vert

Le suricate, pas si cool qu’il n’y parait

Espagne / / Europe

D’après une étude de chercheurs menée sur plus de 1000 espèces, le suricate serait le mammifère le plus meurtrier de tous. 

Non ce n’est pas une blague. Le suricate, cette petite bête qui se dresse sur ses deux pattes arrières dans la savane, ne serait pas aussi cool que Timon dans le Roi Lion. Une étude a été menée sur la question des violences intra-espèces chez plus de 1000 mammifères pour mieux comprendre les origines animales de la violence humaine, et les chercheurs espagnols qui en sont à l’origine ont donc mis en tête de liste le suricate comme espèce la plus agressive, loin devant l’homme.

Le suricate ou l’animal le plus agressif

Ce palmarès récapitulé dans une infographie de Sciences et Avenir qui a repéré l’information, révèle que la mangouste arrive en premier pour les violences inter-espèces avec environ 20% de morts dû à des infanticides commis par des mères. L’étude parue dans la revue scientifique britannique Nature explique que, par contre, les marmottes et les félins sont plus détendus avec “seulement” 10% de meurtres, précédant les grands singes : 5% pour le gorille de l’Est, 2 % pour les humains, 0, 14% pour les gorilles de l’Ouest. L’étude dévoile que plus de 40% des espèces de mammifères se massacrent entre elles, herbivores compris.

Ces révélations sont toutefois à relativiser. L’étude est basée sur les violences inter-espèces et non pas sur la violence en général : l’homme tue chaque année, que ce soit d’autres hommes ou des animaux, bien plus que toutes les autres espèces.

De plus, l’étude fait débat au sein de la communauté scientifique comme le note la revue Sciences et Avenir. Les résultats ne seraient pas tout à fait fiables à cause d’une moyenne établie sur un mélange de chiffres à différentes époques et ne prenant pas en considération la variété de facteurs en lien avec la violence, tels que les agressions socialement organisées, le cannibalisme ou encore les conflits individuels.

Réagissez à cet article !

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Derniers commentaires