Source inépuisable sur le développement durable

Green et vert

Le commerce en ligne, principale menace pour les espèces protégées

Russie / / Europe

Des babioles faites à partir d’ivoire aux manteaux en léopard, des tortues rares, aux ours vivants, le marché en ligne de la faune protégée est en plein essor, selon une enquête du Fonds international pour la protection des animaux (IFAW) publiée le mercredi 23 mai.

Les experts de l’ONG ont passé six semaines l’an dernier à éplucher les petites annonces en ligne sur Internet dans quatre pays, la Russie, la France, l’Allemagne et la Grande-Bretagne. Leurs recherches concernaient des publicités colportant des animaux en danger, morts ou vivants, en morceaux ou entiers.

10 à 20% de ce commerce est légal

 Résultat : 11 772 spécimens d’espèces sauvages menacées recensées dans 5 381 annonces réparties sur 106 sites Web et 4 réseaux sociaux. Valeur totale ? 3,2 millions d’euros. Plus des quatre cinquièmes étaient des animaux vivants, dont une grande partie de tortues marines et d’eau douce (45%), d’oiseaux (24%) et de mammifères (5%), indique le rapport intituléFaune sauvage et cybercriminalité : briser la chaine.

Et s’il est possible de vendre et d’acheter certaines espèces en voie de disparition en vertu de la Convention sur le commerce international des espèces menacées d’extinction (CITES), 80-90% des transactions proposées étaient probablement illégales, a déclaré Céline Sissler-Bienvenu, directrice d’IFAW pour la France.

« Internet a transformé l’économie mondiale et le commerce illégal des espèces sauvages s’est transformé avec lui», a déclaré Rikkert Reijnen, directeur de la criminalité liée aux espèces sauvages au sein de l’entité américaine d’IFAW. « Tous ceux qui profitent de la criminalité liée aux espèces sauvages ont migré dans la vente en ligne. »

« Le commerce illégal d’animaux vivants et de leurs parties du corps est l’un des plus inhumains »

Outre les tortues, on retrouve parmi les autres reptiles recherchés sur le marché noir des serpents, des lézards et des alligators.

Les chouettes, les oiseaux de proie, les toucans, les grues et d’autres espèces d’oiseaux protégés étaient également « online ».

Le marché des mammifères est plus varié, allant des parties du corps – cornes de rhinocéros, guépards et léopard, et un ensemble de tables basses fabriquées à partir de pattes d’éléphants – à une ménagerie d’espèces protégées, piégées dans la nature ou élevées en captivité dans des conditions douteuses. « Parmi les nombreuses menaces qui pèsent sur la faune de notre planète, le commerce illégal d’animaux vivants et de leurs parties du corps est l’un des plus inhumains », a déclaré Rikkert Reijnen.

La plupart des animaux vivants étaient à destination de la Russie, y compris des grands félins, des singes et des lémuriens et (au moins) un ours.

IFAW a salué le « travail précieux» et l’engagement démontré par les principales plates-formes peer-to-peer en ligne telles qu’e-Bay, qui a formé son personnel à lutter contre le trafic illégal d’espèces sauvages.

Mais les réglementations nationales sont à la traîne, notamment concernant le commerce en ligne, précise le rapport. En règle générale, les vendeurs – souvent liés à des organisations criminelles – savent qu’ils enfreignent la loi, mais les acheteurs peuvent être moins conscients. « Ils veulent juste des animaux exotiques», a déclaré Céline Sissler-Bienvenu.

IFAW a transmis ses conclusions aux autorités nationales et internationales. Dans le passé, des rapports similaires de l’ONG ont donné lieu à des poursuites judiciaires contre les vendeurs et les acheteurs.

 

Réagissez à cet article !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Derniers commentaires