Source inépuisable sur le développement durable

Green et vert

Les océans ont absorbé l’équivalent d’une bombe atomique par seconde au cours des 150 dernières années

Les océans du monde ont absorbé 90% de la chaleur liées aux émissions de gaz à effet de serre de la planète, ce qui équivaut à une bombe atomique lancée toutes les secondes depuis 150 ans, selon l’analyse d’une nouvelle étude.

Selon un communiqué de presse, une équipe de chercheurs internationaux a reconstitué le réchauffement de l’océan de 1871 à nos jours et a découvert que les océans du monde se sont réchauffés environ 1 000 fois plus que la consommation d’énergie annuelle mondiale des hommes.

Les calculs des données présentées dans l’étude publiée cette semaine dans le journal Proceedings de la National Academy of Sciences révèlent que la quantité d’énergie absorbée équivaut à celle générée par environ 1,5 bombe atomique de la taille d’Hiroshima par seconde au cours des 150 dernières années.

Comme le réchauffement climatique s’est accéléré avec l’augmentation des émissions, l’équivalent de la chaleur absorbée par les océans du monde est aujourd’hui de trois à six bombes par seconde, au cours des dernières décennies.

Réchauffement lié en grande partie aux courants océaniques

Les chercheurs ont noté qu’au cours des 60 dernières années, les courants océaniques sont responsables de près de la moitié du réchauffement observé et de l’élévation associée du niveau de la mer dans les latitudes basses et moyennes de l’océan Atlantique. En effet, la chaleur est transportée par les courants et les océans ne se réchauffent ainsi pas uniformément.

« En plus de fournir une base de référence étendue pour le réchauffement de l’océan, nous avons constaté que les changements dans la circulation des courants océaniques sont importants pour façonner les schémas de réchauffement et le changement associé du niveau de la mer dans l’océan Atlantique », a déclaré Laure Zanna, auteur principale de l’étude et professeur de physique à l’Université d’Oxford. « À l’avenir, nous prévoyons d’autres changements dans la circulation des courants océaniques ; nos travaux peuvent aider à comprendre comment la circulation va influer sur le changement climatique régional et potentiellement limiter les projections régionales du niveau de la mer. »

Réagissez à cet article !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Derniers commentaires