Source inépuisable sur le développement durable

Green et vert

Une île apparue il y a quatre ans, voit aujourd’hui la vie s’y installer

Une petite île, qui a vu le jour il y a quatre ans dans l’archipel des Tonga en raison d’une éruption volcanique sous-marine, est aujourd’hui un foyer pour les oiseaux et la végétation

En décembre 2014, une petite île est sortie de l’eau entre Hunga Tonga et Hunga Ha’apai au coeur de l’océan Pacifique.

Un volcan sous-marin a craché de la lave et de la cendre en énorme quantité, actuellement devenues de la roche bien solide, qui forme cet îlot d’un kilomètre de diamètre.
Les scientifiques avaient pensé qu’il ne résisterait pas longtemps au niveau de la mer. Pourtant comme le détaille le Figaro, l’îlot est encore là aujourd’hui et la vie commence à en faire sa maison.

Une expédition d’observation

La Nasa a observé grâce à des images satellites, cette nouvelle terre née il y a quatre ans. En octobre dernier, une équipe de chercheurs, d’enseignants et d’étudiants américains y a même posé les pieds.

Le but de l’expédition était de définir la hauteur de l’élévation de l’île de faire des photos de la surface. On sait maintenant qu’elle culmine à une centaine de mètres d’altitude, cependant les explorateurs ont été très surpris.

La vie mais aussi la pollution

Dan Slayback, spécialiste de l’imagerie spatiale au Goddard Space Flight Center (GSFC), raconte dans un blog de la Nasa qu’il a été stupéfait d’y trouver une espèce de boue argileuse. Il explique que l’équipe ne pouvait déterminer de quoi il s’agissait ni d’où elle pouvait provenir puisque ce n’était pas des cendres.

Pour la seconde merveilleuse découverte, il s’agit d’avoir découvert que l’île avait même des habitants. En effet, ils ont pu observer que des plantes et des animaux avaient pris possession de l’îlot. Les chercheurs ont ainsi découvert des patches de végétation. Ils ont pu voir des oiseaux tels qu’une chouette effraie et des sternes fumeuses.

La triste découverte faite par les explorateurs est que l’îlot n’échappe pas à la pollution humaine. Bien, qu’inhabitée par l’Homme ils ont tout de même pu y observer de déchets plastiques venus s’échouer sur ces toutes nouvelles côtes.

Réagissez à cet article !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Derniers commentaires