Source inépuisable sur le développement durable

Green et vert

La dernière invention de The Ocean Cleanup recueille chaque jour 50 tonnes de déchets dans les rivières

L’ONG hollandaise de Boyan Slat a pour objectif ambitieux de réduire de 90% la quantité de déchets plastiques dans les océans du monde d’ici 2040.

Surnommé l’Interceptor, ce bateau est conçu pour collecter les déchets plastiques lors de la navigation dans les rivières et dans la mer. Le navire est le dernier projet de The Ocean Cleanup, une organisation néerlandaise à but non lucratif dirigée par Boyan Slat, dont l’objectif est de réduire de 90% la quantité de déchets plastiques dans les océans du monde d’ici 2040 et réaliste à ce jour.

« Bien que nos efforts initiaux se soient concentrés sur le traitement des énormes quantités de débris de plastique accumulés dans les cinq gyres océaniques, nous devons également l’attaquer à sa source, les rivières », a déclaré Joost Dubois, responsable de la communication de The Ocean Cleanup.

Ramasser les déchets avant qu’ils n’atteignent l’océan

L’Interceptor, qui a été dévoilé à Rotterdam (Pays-Bas) en octobre, est une barge de collecte d’ordures à énergie solaire. Une fois que le navire est ancré dans le lit de la rivière, il attend que des déchets en plastique flottent dans son système de collecte, où une série de courroies transporteuses récupèrent des débris dans l’eau et remplissent des bennes à ordures qu’il est possible de recycler.

Fondé en 2013, The Ocean Cleanup vise à résoudre le problème de la pollution plastique dans les océans du monde en utilisant une flotte de collecteurs de déchets de haute technologie. Boyan Slat, alors âgé de 18 ans, a été inspiré par l’idée de consacrer sa vie au nettoyage de l’océan après une expédition de plongée sous-marine au cours de laquelle il a vu plus de déchets plastiques que de la faune. Le jeune homme a attiré l’attention internationale suite à une série de propositions visant à collecter et à recycler les déchets de la « poubelle plastique du Pacifique ».

Par rapport aux autres expériences de Boyan Slat, l’Interceptor a pour objectif de collecter les déchets en plastique qui descendent sur les fleuves les plus pollués du monde avant d’atteindre la mer. Ocean Cleanup a déterminé que seulement 1 000 rivières sont responsables d’environ 80% de la pollution des déchets par les fleuves dans le monde, ce qui signifie que ses navires peuvent avoir un impact important sur la santé des océans du monde en se concentrant uniquement sur les rivières les plus polluées du monde.

Un bateau évolutif

En outre, comme Slat et son équipe l’ont appris, il est beaucoup plus facile de surveiller, d’ajuster et d’exploiter un navire de traitement des eaux autonome et de haute technologie lorsqu’il est ancré à une dizaine de mètres du rivage près d’une région métropolitaine plutôt qu’à des milliers de kilomètres de celle-ci, en mer. Jusqu’à présent, la machine est prometteuse, quatre intercepteurs ont déjà été construits et deux sont opérationnels, l’un sur la rivière Klang qui traverse Kuala Lumpur, en Malaisie, et l’autre sur le canal de drainage Cengkareng, qui traverse Jakarta, en Indonésie. Les deux autres sont destinés au Vietnam et à la République dominicaine.

Ocean Cleanup estime qu’environ 50 tonnes de déchets en plastique peuvent être enlevés quotidiennement d’une rivière très polluée et affirme que le fait que le bras ne couvre pas complètement la rivière ne gênera pas la circulation des bateaux ou la faune locale

Dotés de batteries lithium-ion et d’un ensemble de panneaux solaires, les intercepteurs peuvent fonctionner jour et nuit sans générer de bruit ni de pollution.

L’idée est de mettre en œuvre l’Interceptor en tant que solution évolutive pouvant être produite en série pour répondre aux besoins du monde entier.

 

Réagissez à cet article !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Derniers commentaires