Source inépuisable sur le développement durable

Green et vert

Les experts mondiaux prévoient une nouvelle augmentation des émissions mondiales de gaz à effet de serre

La tendance marque trois années consécutives d’augmentation des émissions et suggère que le monde ne parvient pas à être à la hauteur de ses ambitions climatiques.

Le monde a encore perdu un an dans sa quête pour enfin réduire ses émissions de carbone, ce qui, selon les scientifiques, est essentiel pour éviter l’aggravation continue des conséquences du changement climatique.

Au lieu d’entamer une baisse attendue depuis longtemps, les émissions mondiales de gaz à effet de serre devraient augmenter « légèrement » en 2019 et atteindre un nouveau record, selon une nouvelle analyse publiée le 3 décembre.

Augmentation de 0,6 % en un an

Les émissions totales de dioxyde de carbone provenant des combustibles fossiles et de l’industrie ont totalisé 36,8 milliards de tonnes, selon une estimation du Global Carbon Project, un consortium universitaire qui produit ces chiffres chaque année. Cela représente une augmentation de 0,6% par rapport à 2018, qui détenait jusqu’à présent le record.

« Nous utilisons notre budget carbone comme le ferait un toxicomane avec son argent », a déclaré Rob Jackson, professeur de sciences de la Terre à la Stanford University et président du Global Carbon Project, dans une interview.  « C’est inquiétant, car la pollution par le dioxyde de carbone est plus élevée que jamais. »

Les émissions mondiales ont augmenté pendant trois années consécutives, à un moment où elles devraient commencer à diminuer fortement pour atteindre les objectifs de l’accord de Paris sur le climat.

La nouvelle de l’augmentation des émissions de gaz à effet de serre intervient alors que les dirigeants mondiaux se réunissent à Madrid pour la conférence annuelle sur le changement climatique, où ils font face à une pression croissante pour modifier la trajectoire actuelle.

Chute nécessaire de 8 % par an

La semaine dernière, un rapport sombre du programme américain pour l’environnement décrivait à quel point le monde n’était pas tourné vers son objectif collectif de limitation du réchauffement de la Terre. Les émissions mondiales doivent chuter de près de 8% par an au cours de la prochaine décennie pour rester en ligne avec l’objectif de limiter le réchauffement à seulement 1,5 ° C au-dessus des niveaux préindustriels.

Un rythme plus lent d’environ 3% par an permettrait au monde de garder le cap à 2 degrés de réchauffement d’ici 2100 – un niveau de réchauffement qui aurait de graves conséquences, notamment la mort de presque tous les récifs coralliens et la possible déstabilisation des calottes polaires au Groenland et en Antarctique.

Le monde s’est déjà réchauffé d’environ 1,1 degré Celsius depuis la fin du 19ème siècle, selon des conclusions publiées également le 3 décembre par l’Organisation météorologique mondiale.

L’OMM a également constaté que 2019 « conclut une décennie de chaleur exceptionnelle, de recul de la glace et de niveaux record d’élévation de la mer entraînés par les gaz à effet de serre provenant d’activités humaines », et a ajouté que cette année est sur le point d’être la deuxième ou la troisième plus chaude jamais enregistrée.

Le rapport du Global Carbon Project, déplore que la transformation nécessaire pour réduire rapidement les émissions de gaz à effet de serre ne semble visible nul part.

Les investissements dans les énergies renouvelables sont rentables

Cependant, quelques chiffres permettent de garder espoir. Les émissions américaines devraient chuter de 1,7% en 2019 après avoir augmenté l’année précédente, le charbon étant progressivement remplacé par le gaz naturel et les énergies renouvelables. Aux États-Unis, la combustion du charbon devrait avoir diminué de 11% rien qu’en 2019. Les émissions dans l’Union européenne devraient diminuer à un rythme similaire, les pays s’éloignant massivement du charbon.

« Nous ne sommes pas dans la même situation qu’il y a cinq ou dix ans », a déclaré Corinne Le Quéré, professeur de science des changements climatiques à l’université d’East Anglia et membre de l’équipe ayant publié les chiffres du rapport du Global Carbon Project. « Nous avons démontré que les investissements dans les énergies renouvelables sont rentables et que les émissions peuvent diminuer.»

Elle a par ailleurs a noté qu’il n’y a pas si longtemps, les émissions mondiales augmentaient régulièrement de 2 à 3% par an, un taux qui semble avoir ralenti. Tout en ajoutant que, « les émissions, doivent être ramenées à zéro ».

Réagissez à cet article !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Derniers commentaires