Source inépuisable sur le développement durable

Green et vert

La première centrale nucléaire du pays ouverte… aux touristes!

/ Asie

A Bataan, la première et unique centrale nucléaire du pays, livrée en 1984, n’a jamais produit d’électricité. Ceux qui croient encore à la possibilité d’une mise en fonctionnement l’ont ouverte aux touristes cette année. Une visite, et une histoire, surréelles !

1986, Ferdinand Marcos est encore au pouvoir. La centrale de Bataan, à quelques heures au nord de Manille, est enfin déclarée prête à fonctionner. Après un budget dépassé, des expertises et contre-expertises nationales et internationales, les Philippines se préparent à accueillir l’énergie nucléaire. Mais, suite à des élections et des manifestations monstres, Corazon Aquino (la mère de l’actuel président Benigno Aquino III) prend le pouvoir et Marcos s’exile vers Hawaï.

Alors que les pratiques corrompues de l’ère Marcos sont découvertes, la nouvelle présidente a des doutes sur la sécurité de la centrale nucléaire fraîchement construite. Les experts se remettent au travail, pour finalement conclure que la localisation sur une faille sismique et près d’un volcan potentiellement en activité  n’autorise pas la mise en activité de l’ouvrage. Deux milliards de dollars, pour … rien.

Un quart de siècle d’attente

Ou presque rien. Car la société nationale de l’électricité, Nacopor, a décidé d’organiser des visites dans la centrale, 25 ans après. Comme celle-ci n’a jamais accueilli de combustible – potentiellement radioactif, les touristes peuvent même se rendre jusqu’au cœur du réacteur. Une vision rare qui se peut se révéler très instructive. Mauro Marcelo, le manager de la centrale de Bataan, justifie la démarche :

On a organisé ces visites pour avoir quelques rentrées d’argent afin de maintenir le site.

Étonnant ? Pas tellement quand on sait que certains croient encore à la possibilité de production d’électricité dans cet équipement qui date d’une autre époque. Mark Cojuangco est un des plus fervents avocats de ce scénario. Alors qu’il était encore député, il a rédigé l’an dernier un projet de loi pour mettre en route la centrale :

Nous avons besoin du nucléaire. Cette centrale n’a connu aucune radiation, même pas un seul neutron, donc elle est comme neuve.

Dépendance énergétique

Là où M. Cojuangco a raison, c’est que les Philippines ont besoin de plus d’énergie, et moins chère. Le pays sud-asiatique est aujourd’hui très dépendant du charbon, qu’il importe à presque 100%. L’archipel présente ainsi une consommation d’électricité parmi les plus importantes et les plus chères au monde. Un poids non négligeable pour un pays en développement, d’après l’ex-député Cojuangco :

Sans une énergie abordable, nous n’avons aucune chance d’être à la hauteur de nos concurrents. On devra se contenter de continuer à exporter notre main d’œuvre vers les pays développés au lieu de se focaliser sur notre propre développement.

L’argument de Mark Cojuangco tient bien évidemment la route, tant la problématique énergétique est critique aux Philippines. Cependant, le même argument pourrait aussi bien être porté par les promoteurs des énergies renouvelables…

Visite alternative avec Greenpeace

Quoiqu’il arrive, la décision d’ouvrir la centrale est bien accueillie par les visiteurs. A la sortie de la visite, un étudiant de l’université de Battan s’exclame : « C’était génial. Je pense qu’elle devrait être mise en service. » Un autre : « La visite était intéressante et j’ai appris plein de choses. Mais c’est une honte que cette centrale ne soit pas utilisée. »

Devant ce succès public, les anti-nucléaires s’inquiètent. Greenpeace a réagi en organisant ses propres visites présentées… sous un autre jour, forcément plus sombre :

Nous sommes d’accord avec Nacopor : le sujet doit être discuté. C’est pourquoi nous organisons la même visite, mais avec un discours un peu différent…

1986, c’était aussi l’année de la catastrophe de Tchernobyl…

manilastandardtoday.com

A lire aussi : bbc.co.uk

Réagissez à cet article !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Derniers commentaires