Source inépuisable sur le développement durable

Green et vert

La pollution de l’air tue plus que le sida et le paludisme réunis

USA / / Amérique du nord

La pollution, meurtrier du nouveau siècle ? Est-ce le prix d’un développement économique effréné ?

©Aliazimi

Le tueur silencieux

Une étude récente du World Health Organization révèle une bonne dose de « bonnes nouvelles, mauvaises nouvelles ». En 20 ans, les décès dus aux maladies infectieuses, aux grossesses et aux maladies infantiles ainsi qu’à la malnutrition ont diminué. Mais elle révèle également que la pollution de l’air est l’une des grande meurtrière de notre temps, et probablement même plus grande que nous le pensions. Pourtant, ce n’est pas vraiment une cause sexy pour les médias…

Mat McDermott, ancien journaliste chez TreeHugger, avait écrit un article à ce sujet:

« La pollution de l’air tue plus de personnes dans le monde chaque année que le sida et le paludisme réunis. Où est le scandale?

En regardant les statistiques depuis 2010, le rapport révèle que 3,5 millions de décès sont causés par la pollution de l’air intérieur, et 3,3 millions de morts par la pollution de l’air extérieur. Le total est inférieur à la somme de ces deux nombres,  note le rapport, car il y a probablement un demi-million de décès qui ont été causés par une combinaison de ces deux facteurs. »

De plus en plus en décès

« Mais quel qu’en soit le chiffre exact, ces mesures montrent que nous avons une augmentation significative du nombre de décès due à la pollution atmosphérique, dont le dernier chiffrage s’élevait à 3,2 millions de décès dus à la pollution de l’air en combinant les deux sources. »

Donc, la pollution atmosphérique tue deux fois plus de personnes que l’on pensait précédemment, et beaucoup plus que le sida (1,8 million) et le paludisme (655 000). Mais pourquoi entendons-nous si peu parler de ce sujet?

Les bonnes nouvelles sont que les moyens d’assainir l’air sont maintenant connus. Beaucoup de pays occidentaux ont fait d’énormes progrès (même s’ils ont encore beaucoup de travail) et cette expérience peut être transférée. Pas besoin de réinventer la roue. Les mauvaises nouvelles sont que les endroits les plus touchés par la pollution de l’air sont généralement les pays en développement, plutôt pauvres, et dont les ressources sont faibles. Les philanthropes et l’aide internationale pourraient revoir une partie de leurs dons et s’engager dans la lutte contre la pollution de l’air, parce qu’elle affecte et tue beaucoup de monde, et mérite une priorité supérieure à celle retenue à ce jour – même si elle ne donne pas des images « chocs » à diffuser dans la presse.

Réagissez à cet article !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Derniers commentaires